L'élection du Président de la République au suffrage universel Dissertation

L'élection du Président de la République au suffrage universel
Dissertation qui cherche à démontrer pourquoi le suffrage universel, élément marquant de la Vème République, est un franc succès pour la démocratie.
№ 25009 | 1,595 mots | 0 sources | 2010 | FR
Publié le juin 26, 2011 in Histoire , Sciences Politiques
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Jusqu'en 1848, le suffrage fut très restreint. Il était censitaire, c'est à dire limité aux personnes payant un certain impôt, le cens. L'expérience d'un président élu au suffrage universel direct remonte donc en France à 1848, mais fut de très courte durée. Le coup d'état napoléonien de 1851 discrédita ce type d'élections aux yeux des républicains : le président élu risquait de se transformer en despote et le peuple, peu éduqué, risquait de se laisser séduire par une personnalité charismatique. Il valait donc mieux qu'il soit choisi par les parlementaires, qui appartiennent aux élites éclairées, bien éduquées, politiquement plus sûres. C'est la tradition qui s'imposa sous les IIIè et IVè Républiques.
Il conviendra donc de revenir dans un premier temps sur l'élection au suffrage universel indirect initialement prévu (I) puis d'étudier les effets de ce passage au suffrage universel direct (II).

Extrait du document:

La stabilité du régime était assurée jusque là par la légitimité historique du général de Gaulle mais l'attentat du Petit-Clamart dont il est victime en août 1962 a fait prendre conscience à l'opinion du problème de succession qui se pose. Il apparaît alors nécessaire de doter ses successeurs d'une légitimité démocratique qui leur permette d'assumer leur rôle. De plus, le contexte de la guerre d'Algérie avait consacré, en fait, la prééminence du chef de l'état dans les institutions nouvelles. A la fin de la guerre, le chef de l'Etat a souhaité consacrer, en droit, la prépondérance présidentielle. Pour réviser la Constitution selon l'article 89, le Président a besoin de l'accord des deux assemblées or celles ci sont hostiles au projet qui modifierait l'équilibre des institutions à leur détriment. De Gaulle décide donc de recourir au référendum prévu par l'article 11.

Commentaires