L'esprit scientifique et la foi religieuse sont-ils compatibles ? Dissertation

L'esprit scientifique et la foi religieuse sont-ils compatibles ?
Dissertation de philosophie qui se demande s'il n'y a pas de commune mesure entre les exigences de la raison et les craintes de la foi.
№ 19980 | 1,105 mots | 0 sources | 2010
Publié le sept. 19, 2010 in Philosophie , Religion
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'esprit scientifique : entendons par là une certaine attitude de l'esprit, faite d'exigence critique à l'égard des savoirs constitués : un esprit donc toujours en éveil vis-à-vis de ce qui peut passer comme relevant de l'évidence ; un esprit animé par un souci de justifier ce qui relève de la connaissance : affirmer ne suffit pas, il faut aussi restituer la démarche, se référer à des principes méthodologiques reconnus, qui permettront à tout à chacun de vérifier la pertinence des affirmations posées : pour être qualifiée de scientifique en effet, toute connaissance de ce monde doit répondre à des conditions de vérifiabilité, et plus largement, s'inscrire dans un domaine de rationalité : nul recours ici n'est acceptable, qui arguerait de la toute-puissance d'une volonté divine, de quelque finalité d'ordre surnaturel.

1. Incompatibilité entre l'esprit scientifique et la foi religieuse : cette dernière entendue comme croyance en une vérité révélée
2. Y a t-il vraiment toujours opposition, incompatibilité ?
3. Quelle ligne de partage, alors ?

Extrait du document:

La foi religieuse n'est pas exempte d'interrogation , de doute, quant à ce qui est affirmé ou cru (déjà dans l'Ancien testament, toutes sortes d'interrogations se font jour, et qui portent sur la question de savoir qui est Dieu, ce qu'il peut ; par ex, la Genèse : l'affirmation d'un Dieu proche de l'homme ; la réflexion des prophètes sur le Dieu de l'Histoire ..) ; d'une manière plus générale, on peut penser que nombre de religions, de courants religieux sont nés d'une réaction vis-à-vis d'une façon de penser le divin et sa puissance devenue humainement inacceptables : on peut lire ainsi l'épisode du sacrifice d'Isaac dans la Genèse, comme une fin de non-recevoir à toute prescription qui imposerait, comme offrande aux Dieux, le sacrifice d'un être humain ; en atteste encore aujourd'hui.

Commentaires