L'Etat est-il l'ennemi de l'individu ? Dissertation by anne0c

L'Etat est-il l'ennemi de l'individu ?
Dissertation qui analyse si l’Etat peut protéger l’individu tout en lui permettant de rester libre.
№ 5944 | 2,030 mots | 0 sources | 2008 | FR
Publié le mai 27, 2008 in Philosophie , Sciences Politiques
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L’individu, s’il n’est soumis à aucune contrainte, s’il est donc dans l’état de nature, ne peut accomplir son humanité puisqu’il ne peut sortir de l’animalité, et ne peut jouir de protection, puisque la violence caractérise toute société non gouvernée dans le cadre des lois.
Mais l’Etat, en instaurant un certain ordre, ne peut totalement empêcher les inégalités au sein de la société, et celui-ci peut, à première vue, paraître aliénant, puisqu’il se substitue à l’autorité de la conscience. Néanmoins, la liberté de l’individu est possible dans l’Etat ; pour ce faire, il est nécessaire que celui-ci se soumette aux lois et restreigne ses intérêts, sa liberté naturelle, afin d’acquérir une liberté politique. En outre, l’Etat se doit, pour être le plus égalitaire possible, de séparer les trois pouvoirs qui le constituent entre diverses personnes ne partageant pas les mêmes intérêts, et capables de faire triompher la volonté générale. Enfin, l’Etat, tout en permettant la libre association, doit contrôler toute société librement constituée qui ne se plierait pas à ses règles, sous peine de voir la liberté individuelle réduite.

1. La fonction d’instauration de l’Etat, par ses lois et règles, est nécessaire pour l’individu

2. L’établissement d’un tel ordre est-il aliénant pour celui-ci ?

3. La liberté individuelle est placée sous conditions

Extrait du document:

Selon Max Weber, l’Etat est «le seul détenteur du monopole de la violence légitime». Par définition, l’Etat est différent de la société, qui peut exister sans Etat. Ce dernier désigne l’exercice du pouvoir suprême sur une collectivité : la souveraineté. Ce pouvoir est manifesté par des lois dont le respect est imposé aux individus, par un appareil de contrainte, sous l’égide du gouvernement. L’individu est un être vivant considéré isolément par rapport à la collectivité ; il est un sujet empirique et indivisible, qui se définit par des caractéristiques particulières. L’individu et l’Etat semblent donc s’opposer. De plus, l’Etat suppose donc de l’individu qu’il s’y soumette, qu’il renonce à exercer son pouvoir personnel ; l’Etat fait aussi de celui-ci un sujet de droit, en lui assignant des devoirs mais aussi des droits.

Commentaires