L'État rend-il libre ? Dissertation by Mystere

L'État rend-il libre ?
Dissertation se demandant si l'existence de l'État est une condition nécessaire, suffisante, ou au contraire un obstacle à la liberté de ses sujets politiques.
№ 27504 | 3,700 mots | 0 sources | 2011 | FR
Publié le déc. 28, 2011 in Droit , Sciences Politiques
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Au sein de la philosophie politique comme de l'histoire des institutions et régimes politiques, la notion d'État renvoie à des réalités extrêmement différentes et rend sa définition mal aisée. La modernité a consacré la définition wébérienne de l'État comme « entreprise politique de caractère institutionnel dont la revendication administrative revendique avec succès, dans l'application des règlements, le monopole de la contrainte physique légitime » en référence au modèle de l'État-Nation d'Europe de l'ouest dont l'apparition est située historiquement entre le XIIIe et le XVIIe siècle et qui s'est depuis imposé comme une norme quasi universelle. Si l'État reste une des manifestations historiques du politique et apparaît impropre pour caractériser l'ensemble des formes d'organisation politique des sociétés, une définition plus large semble toutefois nécessaire afin de couvrir un champ historique et géographique plus étendu. L'État peut ainsi être conceptualisé comme le lieu du pouvoir politique si l'organisation juridique et institutionnelle propre à une société humaine est indépendante des personnes qui exercent en son nom des prérogatives de puissance publique.

L'État apparaît tout d'abord comme la condition nécessaire de la liberté humaine. Il est le lieu où l'homme accomplit sa nature d' « animal politique » conçue comme finalité. Il est ensuite l'indispensable détenteur de le violence nécessaire afin d'assurer la première des libertés humaines, la sécurité, pour quitter un état de nature caractérisé par une violence autodestructrice. Enfin, les théories jusnaturalistes du contrat social assurent la liberté individuelle moderne par la soumission de ses sujets aux lois qu'ils se sont forgé.

Extrait du document:

La liberté humaine, c'est-à-dire sa liberté politique, n'est donc possible qu'à l'intérieur de l'État selon cette conception. Seul l'État peut donc rendre libre si la cité se rapproche de la cité harmonieuse théorisée, dont la République platonicienne est l'exemple le plus frappant. Il en est la condition nécessaire sinon suffisante puisque la typologie aristotélicienne des régimes montre bien la possibilité de l'existence de régimes dégénérés privant le citoyen de cette liberté particulière. Il s'agit d'une liberté collective et non individuelle qui se définit par la participation aux affaires de la cité.

Commentaires