L'Europe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale Dissertation by LadizJu

L'Europe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale
Dissertation qui dresse le bilan des pays européens face aux deux puissances qui émergent de la guerre : les Etats-unis et l'Union soviétique.
№ 7963 | 1,955 mots | 0 sources | 2007
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

En 1939, alors que les menaces de guerre se font de plus en plus pressantes en Europe, malgré les accords de Munich de septembre 1938, l'Europe domine incontestablement le monde. Certes, les Etats-Unis sont, depuis 1918, la première puissance industrielle mondiale après avoir dépassé le Royaume-Uni.
Mais, par l'étendue de ses empires coloniaux, la richesse de ses monnaies, le nombre de ses habitants et le prestige de ses valeurs, l'Europe rayonne. Six années plus tard, la situation est toute différente : ruinée, déclinante, L'Europe est à reconstruire et voit progressivement un « rideau de fer » la séparer en deux.

I ) Une Europe ruinée
1) Les ravages matériels d'une guerre totale
2) Des populations meurtries et choquées

II ) Une Europe déclinante
1) Une libération extérieure
2) Une domination contestée

III ) Une Europe à reconstruire
1) Une volonté de renouvellement
2) Une nouvelle place à trouver

Extrait du document:

Le principal théâtre d'opérations du second conflit mondial a été la continent européen. C'est à une véritable guerre totale que se sont livrés les belligérants. Les destructions sont considérables. A l'ouest, en France, certaines villes ont été détruites à 80% (Saint-Lô par exemple), notamment lors des opérations de débarquement de juin 1944. Sur le front de l'Est, ce sont des dizaines de villages et de villes qui ont été détruits. On songe notamment à Stalingrad, ville emblématique de ces destructions subies par l'Union soviétique. En Allemagne aussi, les destructions ont été massives. C'est le cas, par exemple, de Dresde, mais aussi de Berlin : c'est dans une ville en ruine que pénètrent, en avril 1945, les troupes soviétiques.

Commentaires