L'histoire au XXe siècle : entre singulier et pluriel Dissertation

L'histoire au XXe siècle : entre singulier et pluriel
Dissertation se demandant comment se caractérise l'histoire au XXe siècle et quels sont les critères qui la définissent.
№ 31097 | 3,175 mots | 4 sources | 2012 | FR
Publié le oct. 31, 2014 in Anthropologie , Histoire , Epistémologie
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Ce qui frappe d'emblée dans le paysage historiographique français contemporain, c'est la pluralité des pratiques, des histoires. Le XXe siècle se caractérise en effet, par les multiples évolutions intellectuelles de la discipline. Au point, que François Dosse parle d'un véritable « émiettement » de l'histoire. Cependant, l'histoire a acquis un statut de discipline universitaire. Il existe désormais un milieu d'historiens professionnels, qui partagent des intérêts, une méthode... Pourtant, au tournant du siècle, « l'émiettement » se produit. L'histoire en tant que discipline cherche à se définir par rapport aux autres sciences sociales et, par rapport à elle-même. Différentes thématiques constituent l'histoire et, son statut ne cesse de changer. Ce changement peut être envisagé comme un élargissement et un renouvellement intellectuel. De façon plus générale, le XXe siècle transforme l'histoire en une science sociale. Mais, cette transformation, tout au long du siècle, fait débat... Les progrès de la sociologie, de la géographie et de l'économie contribuent à alimenter les critiques en vers l'histoire. Les méthodes, les démarches, les thématiques de l'histoire se partagent alors entre « singulier et pluriel ».

Extrait du document:

Cette « géohistoire » a en effet, influencé les plus grands historiens notamment Fernand Braudel. En 1923, il choisit son sujet de thèse qui apparaît comme des plus classiques: il veut étudier la politique diplomatique méditerranéenne de Philippe II. Il prend alors contact avec l'auteur d'une autre thèse sur Philippe II, Lucien Febvre, qui lui suggère le retournement de son sujet... c'est-à-dire: « la Méditerranée et Philippe II ». L'historien change alors de sujet qui n'est plus Philippe II mais, la Méditerranée qui est un sujet de géographie pour un historien.

Commentaires