L'homme est-il une machine ingénieuse ? Dissertation

L'homme est-il une machine ingénieuse ?
Dissertation qui s'interroge sur la différence entre l'homme et l'animal et qui reprend l'expression de Rousseau pour qualifier l'homme et insister sur la notion de conscience de celui-ci.
№ 7975 | 1,320 mots | 0 sources | 2007
Publié le sept. 08, 2008 in Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le terme de "machine ingénieuse" dans le texte de Rousseau traduit la complexité de l'organisme de l'animal et de celui de l'homme, qui est très ingénieusement fait.
Certes, d'un point de vue "matériel", l'homme a beaucoup de points communs avec l'animal ; mais cependant, quelque chose les différencie fortement puisque dans de nombreux cas l'animal est relégué au rang d'"objet", d'être vivant mais dépourvu de conscience, qui n'est pas conscient et responsable de ses actes, de ses choix, en somme un être vivant mais programmé, dont les actes, les gestes et les besoins sont dictés par les règles de la nature.

I. L'homme comme "machine ingénieuse"
II. Cependant, l'homme se différencie des autres êtres vivant par sa spiritualité
III. Une machine plus complexe que les autres certes mais qui ne peut défier les lois de la nature

Extrait du document:

En analysant la structure du texte, nous remarquons qu'il y a quatre idées principales. Tout d'abord, Rousseau reprend le terme de Descartes en disant qu'il voit l'animal comme étant "une machine ingénieuse", c'est-à-dire un assemblage de pièces bien conçu, si bien conçu qu'il pourrait être créé par Dieu. Nous retrouvons cette idée de machine dans le terme "se remonte", qui fait référence au mécanisme d'une horloge. Il évoque également la capacité de l'animal à se protéger lui-même, "se garantir". La thèse du texte apparaît dans la deuxième phrase de notre extrait : "J'aperçois précisément les mêmes choses dans la nature humaine, avec cette différence que la nature seule fait tout dans les opérations de la bête, au lieu que l'homme concourt aux siennes, en qualité d'agent libre". En d'autres termes, Rousseau soutient que l'homme et l'animal sont semblable car ce sont tous les deux des "machines ingénieuses" mais qu'à la différence de l'animal, l'homme est libre de choisir s'il veut suivre les règles de la nature, il choisit donc par acte de liberté, quand l'animal rejette ou choisit instinctivement. Puis, Rousseau évoque une troisième idée et dit que le mécanisme de la bête bien concu, peut parfois porter préjudice à l'animal lorsqu'il est question de survie. Tout comme, la liberté de l'homme peut parfois lui causer du tort. Enfin il conclut en disant que c'est cette liberté qui montre la spiritualité de l'âme de l'homme.

  • Dissertation sur le problème philosophique "la machine est-elle un piège?", qui explore les différentes questions soulevées par l'évolution de la technique.
    № 16917 | 4,320 mots | 11 sources | 2010 | détails
    11,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation qui montre que l'être vivant et la machine sont deux entités qui vivent ensembles en complémentarité, en évoluant toutes les deux, malgré leurs différences.
    № 4381 | 810 mots | 0 sources | 2006 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire d'un texte de Bergson qui traite du remplacement du travail manuel par les machines. Il critique vivement le machinisme.
    № 461 | 950 mots | 0 sources | 2007 | FR | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires