L'homme peut-il être immoral ? Dissertation

L'homme peut-il être immoral ?
Dissertation se demandant si la notion de morale chez l'homme ne serait que subjective.
№ 25209 | 1,015 mots | 0 sources | 2011 | FR
Publié le juil. 02, 2011 in Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Darwin fut le premier à émettre une théorie de l'évolution qui expliquerait la biodiversité actuelle. L'homme serait animal au même titre que le reste de la sphère biologique. L'homme serait de plus un être qui aurait développé la raison, la communication, se serait organisée en société, et la taxinomie le rapprocherait du chimpanzé. Malgré que l'homme soit en matière de techniques, le prédateur le plus influant à l'échelle biologique, l'homme est animal. Cet animal est pourtant bien différent des autres, il a conscience de vivre, et est doté d'une faculté de l'esprit qui lui permet de formuler des discours logiques, abstraits et universels.

1. L'homme peut être jugé immoral, par la justice et par une partie de la population
2. Pourtant, l'immoral est relatif, et dépend clairement de l'éducation de l'homme qui jugera les actes, justement en fonction de ses propres principes
3. Tout ceci, n'existant pas à l'état de nature, l'homme a inventé un mot pour définir l'atrocité de ses propres actes, et un homme à l'état purement animal est amoral

Extrait du document:

Dans le règne animal, on ne condamne un lion d'avoir chasser une gazelle. La liberté à l'état pure dans le monde animal ne doit en aucun cas interférer avec celle de l'homme en société. L'homme est animal, est la notion de morale est pure fiction. Seule règne la loi du plus fort, en l'état de nature que qualifie Rousseau dans Le contrat social. L'essence de l'homme est d'être un être biologique, vivant, au même titre que le reste de la sphère bio-génératrice du globe terrestre. La question de la moralité ne devrait alors pas se poser. Effectivement, l'on ne peut appliquer une sorte de justice dans le règne animal, ce rituel ne fait pas partie de la vie à l'état de nature.

Commentaires