L’Humanisme installe l’homme au centre de l’Univers Dissertation by calliope

L’Humanisme installe l’homme au centre de l’Univers
Dissertation de philosophie qui traite du mouvement humaniste apparu au XVème siécle, qui a pour préoccupation majeure la mise en valeur de l’homme.
№ 717 | 1,850 mots | 0 sources | 2006
Publié le juil. 15, 2007 in Philosophie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Les humanistes, aussi bien écrivains qu’artistes ou philosophes, ont pour préoccupation majeure la mise en exergue de l’homme. Ils tendent vers la recherche perpétuelle de la connaissance et de la beauté selon les préceptes de la culture de l’antiquité gréco-latine et s’assignent comme tâche l’épanouissement des qualités intellectuelles et morales de l’homme. De telles ambitions pour l’homme, poussent à se demander comment les humanistes envisagent son rôle ainsi que sa formation, et à quel dessein ils le vouent.

Extrait du document:

Si les humanistes considèrent l’homme comme étant au centre de l’Univers, on se rend compte qu’ils ont une vision très globale de tout ce qui a trait à lui, selon leurs principes. Dans leur vision des choses, l’homme, quel qu’il soit, est beau et mérite de l’attention et d’être mis en valeur. L’éducation tient une place primordiale car elle est essentielle dans la diffusion des préceptes humanistes, et elle a fait l’objet de nombreuses théories, la plupart d’entre elles favorisant le plaisir et la réflexion aux autres notions d’apprentissage. Enfin, les humanistes se sont largement penchés sur des modèles de sociétés, voire de dirigeants utopiques, qui correspondaient totalement aux préceptes humanistes. Alors que l’humanisme place l’homme au cœur de sa pensée, le romantisme tend à l’exaltation du moi du poète. Ainsi se crée entre le poème « Heureux qui comme Ulysse » de l’humaniste Joachim du Bellay et le poème du romantique Nerval « El Desdichado », un lien du aux références antiques et à la considération profonde de l’homme, au centre de tout. Le romantisme s’inscrit donc naturellement comme le digne successeur de l’humanisme.

Commentaires