L'idée d'une France en retard et en déclin à l'issue de l'entre-deux-guerres vous paraît elle justifiée ? Dissertation

L'idée d'une France en retard et en déclin à l'issue de l'entre-deux-guerres vous paraît elle justifiée ?
Dissertation visant à déterminer s'il est légitime d'affirmer un retard français durant l'entre-deux-guerres.
№ 16478 | 1,005 mots | 0 sources | 2010
Publié le juin 03, 2010 in Histoire , Relations Internationales
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

En juin 1940, lorsque le gouvernement du Maréchal Pétain signe l'armistice avec l'Allemagne nazie, après quelques semaines de combats meurtriers au cours desquels la Wehrmacht a montré la supériorité de sa stratégie de Blitzkrieg, il lui est alors facile de dénoncer une situation de déclin dont il tient pour responsables les dirigeants de la IIIème République. Il est vrai qu'à la veille du second conflit mondial, l'idée d'une France en retard sur les autres grandes nations capitalistes industrialisées s'était répandue chez certains observateurs ou chroniqueurs, retard en matière d'urbanisation, d'évolution des structures économiques ou d'armement. La notion de retard apparaît donc comme relative, dans la mesure où le pays figure toujours parmi les principales puissances économiques, politiques et militaires mondiales. Mais c'est surtout l'impression de déclin, mesuré par le recul relatif du poids de la production, des échanges, de la population, des armées de la France dans le monde, par rapport à un passé mythique.


I. A la veille de la Seconde guerre mondiale, la France apparaît comme un pays en déclin relatif par bien des aspects
II. Ce « déclin » plus ou moins perçu semble lié à l'accumulation d'un certains nombres de retards
III. Pourtant, l'entre-deux-guerres est une période fondamentale pour la modernisation du pays et la réalité est plus complexe que le souvenir qu'il a laissé

Extrait du document:

La position internationale de la France apparaît notablement affaiblie sur le plan économique dans la mesure où elle est marquée par le recul de sa part dans la production industrielle et agricole mondiale et dans les échanges commerciaux, et par les dévaluations successives du franc (1936, 1937,1938).

Commentaires