L'image peut-elle entrer en contradiction avec l'imagination ? Dissertation

L'image peut-elle entrer en contradiction avec l'imagination ?
Dissertation se demandant si l'imagination est, ou non, dépendante de l'image.
№ 25492 | 3,980 mots | 6 sources | 2011 | FR
Publié le juil. 25, 2011 in Philosophie
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le sujet paraît difficile, car on conçoit communément et apparemment sans conteste en l'image un produit de l'imagination. D'ailleurs, le sujet intègre cet abord, puisque demander si l'image pourrait ou non entrer en contradiction avec l'imagination présuppose que cela ne lui serait pas très "naturel". L'image est, certes, le produit de l'imagination, de l'image mentale, mais s'en détache cependant, par sa matérialisation même en un contenu visuel et/ou sonore, pour finir le cas échéant par lui échapper. Or, cette indépendance conquise pourrait bien se retourner, au moins temporairement, en rivalité, voire en opposition, tel l'enfant face à ses parents. Le problème de ce sujet touche de toute façon à l'essence de l'image comme de l'imagination ; et il postule que leur rapport de force normal, exprimé par l'infériorité d'essence de l'image matérialisée par rapport à sa source spirituelle, pourrait se retourner en une domination de l'imagination par l'image : alors le fait, ce qui est, supplanterait et contredirait le droit, ce qui devrait être, et la pauvreté qualitative serait contrebalancée par la force quantitative, qui est justement celle des faibles. Sans doute faut-il, pour planifier la réflexion, commencer par remarquer que l'entrée en contradiction de l'image avec l'imagination peut-être soit directe et volontaire, soit indirecte et involontaire.

1-L'image peut entrer sciemment en contradiction avec l'imagination
2-L'image est par essence dépendante de l'imagination
3-L'image peut entrer involontairement et comme malgré elle en contradiction avec l'image

Extrait du document:

L'image tend à annexer, vampiriser et en définitive étouffer l'imagination ; et elle semble triompher sans obstacle majeur dans cette tâche. La propagande politique et la publicité se nourrissent d'images, qui sont leur condition sine qua non et leur raison d'être, et sont faites pour capturer l'imagination des hommes. L'image s'offre alors comme une évidence, s'impose ou fait semblant de s'imposer comme nécessaire, condamnant l'imagination, qui n'est que l'horizon apparemment moins fort du possible et le fruit fragile de l'étonnement, à rebrousser chemin.

Commentaires