L'inhumain Dissertation

L'inhumain
Dissertation qui analyse le paradoxe initial du préfixe -in, et étudie le champ d'action d'humain/inhumain.
№ 16768 | 1,855 mots | 3 sources | 2010
Publié le juin 14, 2010 in Philosophie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Dans le mythe d'Er de Platon, les âmes des individus descendus aux Enfers et se trouvant dans le Léthée (fleuve de l'oubli) retournent sur Terre dans un corps ayant des similitudes avec celui possédé avant la mort. Cette métempsycose des âmes rend compte de la conservation de traces d'humanité (celles du corps caractérisé avant la catabase) dans la continuité du dit processus évoqué alors même que les âmes ont un aspect inhumain, non humain. L'on définira alors l'humanité tel l'ensemble des caractéristiques du genre humain en tant qu'être vivant mortels. Le préfixe –in de l'intitulé « inhumain » révèle une polyphonie paradoxale ; de fait celui-ci se rapporte tant à ce qui est à l'intérieur de, interne, que ce qui est privé de. On analysera alors le sujet telle une forme de privation de l'humanité, est inhumain ce qui n'est plus humain, et telle une forme intrinsèque de l'humanité, est inhumain ce qui est avant tout humain. Se pose dès lors la question, l'inhumain est il toujours inhérent à l'humanité ? Les deux acceptions du sujet se peuvent elle être confondues ? Car il apparaît de prime abord impossible que l'inhumain puisse être non seulement une forme de l'humanité et son contraire. L'inhumain est un terme qui peut se rapporter à un individu tout autant qu'à un acte qualifié d'inhumain ou une façon d'agir allant contre l'humanité. Avec l'image initiale du mythe D'Er, l'on comprendra qu'il existe d'étroits liens entre l'inhumain et l'humain qu'il nous faut envisager successivement pour saisir l'intitulé.

Extrait du document:

Afin d'illustrer l'idée précédente, l'on abordera le roman d'Oscar Wilde, le portrait de Dorian Gray. En effet, dans cette intrigue, le protagoniste Doria Gray, jeune homme charmant d'une grande beauté, est obsédé par l'éphémérité de sa jeunesse, de sa vie. Son ami peintre fige cette beauté en faisant son portrait.

Commentaires