L'instabilité gouvernementale sous les IIIe et IVe République Dissertation by Wany0909

L'instabilité gouvernementale sous les IIIe et IVe République
Dissertation qui analyse quels ont été les symptômes et les effets de cette instabilité gouvernementale tout au long des IIIe et IVe République.
№ 5147 | 1,370 mots | 0 sources | 2004
Publié le avr. 16, 2008 in Histoire , Sciences Politiques
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L’instabilité gouvernementale se caractérise par le renversement de plusieurs gouvernements dans un certain laps de temps. C’est cette instabilité que les constitutionnalistes français retiendront le plus souvent lorsque l’on parlera des IIIe et IVe République.
Ainsi, en 1871, par la capitulation de Louis-Napoléon Bonaparte et la signature de l’armistice peu de temps après, l’invasion prussienne est stoppée et Adolphe Thiers est nommé par les Assemblées alors réunies. Succède ensuite à cet homme le maréchal Patrice Mac Mahon en 1875 pour 7 ans (septennat personnel en attendant la mort du compte de Chambord, légitime héritier du trône français mais impossible à hisser au pouvoir).
La promulgation de 3 lois constitutionnelles (24 et 25 Février et 16 Juillet 1875) marquera la naissance de la IIIe République. Celle-ci durera environ 65 ans avant que le Régime de Vichy ne s’installe et ne laisse place à la IVe République.

I. Une monopolisation du pouvoir exécutif par les 2 Assemblées de 1875 à 1940
A. La désuétude du droit de dissolution
B. Les effets d’une Constitution impossible à réviser de par la maîtrise par le Parlement de la procédure

II. Une Instabilité gouvernementale créée par la pratique constitutionnelle de 1946 à 1958
A. La tentative de rationalisation du Parlementarisme
B. Les contributions de l’exécutif à l’instabilité gouvernementale sous la IVe République par la pratique de la double investiture

Extrait du document:

Dès le départ, la Constitution avait un problème. Après un premier projet refusé et un second accepté avec grand-peine, elle n’avait pratiquement aucune légitimité. Un constitutionnaliste avait même parlé d’adopter « la Constitution pour mieux la réviser ». Le Sénat par crainte d’un retour à la IIIe République, a été supprimé et remplacé par le Conseil de la République. Les Assemblées ont gardé certains de leurs pouvoirs dans cette nouvelle constitution mais pas tous. Cependant comment peut-on arriver à une stabilisation de »s gouvernements sans équilibre entre l’exécutif et les chambres ? C’est pour cette raison que les rédacteurs de la Constitution ont tenté de rationaliser le parlementarisme, c’est à dire d’équilibrer les relations entre l’exécutif et le législatif afin d’assurer une meilleure stabilité gouvernementale. Le droit de dissolution est réintroduit dans la constitution et le Conseil de la République est délesté d’une partie de ses pouvoirs. Toutefois, le droit de dissolution ne sera pas encore une fois utilisé et dans la pratique les Assemblées ont vite réussi à retrouver une grande partie de leurs prérogatives. L’instabilité gouvernementale est recréée sans contre-pouvoir. En effet, sans menace d’une dissolution pesant sur les Parlementaires, ceux-ci ont le champ libre pour bloquer la politique du Gouvernement, notamment en bloquant le vote des budgets.
Les représentants de l’exécutif ont toutefois eux-aussi contribué à l’instabilité gouvernementale, notamment par la pratique de la double investiture.

Commentaires