L'instruction, un enjeu politique, 1848-1914 Dissertation by bertille89

L'instruction, un enjeu politique, 1848-1914
Dissertation qui traite de la libéralisation de l'instruction, à la base de l'enracinement de la République.
№ 19315 | 4,140 mots | 0 sources | 2010
Publié le août 25, 2010 in Histoire , Sciences Politiques , Questions Sociales
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

De 1848 à 1914, on observe à la fois une accélération du mouvement d'uniformisation de la culture et l'irruption des « masses » dans la vie politique. En 1848, la seconde République est proclamée sur le parvis de l'Hôtel de ville de Paris suite à la révolution spontanée de Février. S'en suivent de nombreuses réformes sociales allant vers une libéralisation de la société. L'instauration du suffrage universel fait prendre conscience de la nécessité d'une instruction politique des français. L'influence séculaire de l'Église et des nobles sur cette France du milieu du siècle majoritairement rurale se fait en effet sentir dans les urnes, ce qui ne va pas dans le sens de la République. En 1914, la France semble pourtant être à la fois instruite, républicaine et débarrassée du “joug” exercé de l'Église.


I. 1848 à 1871 : de “l'Illusion lyrique” à la chute du Second Empire, une instruction réactionnaire réservée à l'élite ?
II. 1871 à 1881 : de la Commune à l'arrivée au pouvoir des républicains, l'instruction apparaît comme le “pilier d'airain” de la République selon l'expression de Jules Ferry
III. 1881 à 1914 : des lois Ferry à la veille du premier conflit mondial, une instruction universelle, laïque, républicaine

Extrait du document:

A l'initiative de Carnot, un projet éducatif novateur est lancé afin de promouvoir les nouvelles couches sociales : il s'agit d'une école primaire publique, laïque et gratuite, émancipée des notables locaux, assortie de l'obligation scolaire et soutenue par des bourses pour promouvoir une nouvelle méritocratie. Les républicains, influencés par les courants socialistes et a fortiori le Saint-Simonisme, ont bien conscience de l'importance d'une instruction pour ancrer la République dans les mœurs. Mais ce projet reste sans suite…

Commentaires