L'intervention de l'état est-elle nécessaire dans une économie de marché ? Dissertation

L'intervention de l'état est-elle nécessaire dans une économie de marché ?
Dissertation visant à analyser s'il existe des situations particulières qui nécessitent l'intervention de l'Etat dans l'économie.
№ 15513 | 3,070 mots | 0 sources | 2010
Publié le mai 05, 2010 in Économie
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

En 1936, John Maynard Keynes dans sa " Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie " lui confère un rôle central. Selon lui, seule l'intervention de l'État permettra à l'économie de sortir de la situation de sous-emploi dans laquelle elle se trouve. Les politiques de relance vont bon train, et la France connaît la période mythique des Trente Glorieuses. Cependant, dans les années 70, les politiques keynésiennes s'avèrent inefficaces pour la reprise de l'économie après le premier choc pétrolier. En réaction à cela un renouveau libéral voit le jour avec deux économistes fondamentaux, Friedrich von Hayek de l'école autrichienne et Milton Friedman, chef de file des monétaristes. Ainsi, les années 70 permettent à Hayek de connaître une certaine consécration, une revanche par rapport à 1936 où sa pensée fut éclipsée par celle de Keynes.
Ces deux économistes libéraux ainsi que beaucoup d'autres par la suite prônent la non-intervention de l'État au profit d'un marché libre et spontané qui assure l'équilibre de l'économie. Le débat entre les keynésiens et les libéraux semble donc bien ancré dans la réalité.

I - L'Etat comme acteur principal lors des crises
II - L'Etat comme créateur de rigidités face à l'équilibre spontané du marché

Extrait du document:

Ainsi, la théorie des cycles politico-économiques explique qu'à l'approche des élections la nature des politiques économiques change. Ainsi, avant les élections, il y a en général une augmentation des dépenses publiques pour relancer l'activité économique. Les gouvernants, par l'augmentation des dépenses, pensent favoriser leur réélection, en postulant que le climat économique et social sont des facteurs déterminant pour le résultat des élections.

Commentaires