L'ordre des choses Dissertation

L'ordre des choses
Dissertation se demandant si l'homme impose un ordre aux choses ou s'il le découvre.
№ 26617 | 3,285 mots | 0 sources | 2011 | FR
Publié le oct. 23, 2011 in Philosophie , Sciences , Epistémologie
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Aristote nous dit que la philosophie est fille de l'étonnement. En effet, c'est grâce à l'étonnement devant l'irrégularité des choses que le philosophe se pose ses premières questions. L'éclipse de Soleil, qui plonge la Terre dans l'obscurité en plein journée, est un phénomène rare qui semble, pour l'observation naïve, interrompre la régularité du lever et du coucher du soleil. Seulement si l'étonnement apparaît par l'irrégularité, le philosophe ne s'arrête pas là, et s'interroge sur la régularité présente dans le monde. Or l'expérience que l'homme fait du réel est double : s'il voit la régularité de certains phénomènes, plongé dans le sensible, c'est une certaine peur qui peut l'envahir dans la mesure où il est plongé dans un sensible inépuisable, changeant. L'homme désire donc comprendre l'ordre qu'il voit dans les régularités des choses mais aussi celui qui l'aidera à se repérer dans le sensible.

1. Comment l'homme a-t-il besoin du concept d'ordre des choses pour se diriger dans le réel ?
2. La coexistence de plusieurs ordres scientifiques des choses
3. En quoi le concept d'ordre masque ce qui est-il inhérent aux choses et aux hommes ?

Extrait du document:

Ce qui nous semble douteux est l'assimilation du concept d'ordre à celui d'intelligibilité du réel. Ce qui n'est pas douteux, c'est que l'homme, pour se repérer dans la diversité sensible, doit chercher un principe d'intelligibilité, or celui-ci n'est pas forcément la découverte de l'ordre des choses. Il faut dire que le concept d'ordre des choses est historique et qu'il a reçu une place prépondérante dans la science à partir de l'âge classique. Dans Les Mots et les choses, Foucault introduit le concept d'épistémè qui est le socle idéologique, culturel, à partir duquel des sciences peuvent se développer et qui donne aux sciences leur positivité. Avant l'âge classique, nous dit Foucault, la connaissance procédait par découverte des ressemblances dans le monde, c'est parce que les choses avaient des analogies ou des sympathies, comme la pierre qui tombe car retournant à son lieu naturel, que l'organisation du monde était expliquée.

Commentaires