La Chienne et La Rue Rouge Dissertation by Diez

La Chienne et La Rue Rouge
Étude comparative du film de Renoir, la chienne, et de son remake réalisé par Fritz Lang, concernant essentiellement le scénario et la mise en scène.
№ 497 | 3,600 mots | 0 sources | 2007
Publié le juin 21, 2007 in Cinéma , Histoire de l'Art
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'analyse de deux approches différentes d'une même intrigue permet de mettre en évidence la spécificité et la force du regard de deux grands cinéastes.
L’approche de Lang est plus perverse : l’individu est écrasé par les conventions sociales, par l’image qu’il renvoie aux autres dont il est à jamais prisonnier. L’approche de Renoir est plus optimiste : Legrand, qui a toujours été raillé, moqué, doit faire tout un trajet pour parvenir enfin à se soustraire aux regards des autres, à leurs mensonges.

Extrait du document:

Sur le patron d’une même intrigue, Renoir et Lang ont offert, avec La Chienne et son remake La rue rouge, deux films dont l’étude comparée se révèle fructueuse et précieuse pour nombre de raisons : elle permet d’abord de distinguer, sur une trame similaire à quelques incartades près, deux regards de cinéastes, deux sensibilités, deux « styles », ainsi que des convergences et des divergences symptomatiques et révélatrices. Ces écarts mettent souvent en évidence les obsessions personnelles de chaque réalisateur ou la différence de contexte qui permet certaines choses et en interdit d’autres (dans les deux sens). La part de réécriture, de transposition et de réappropriation qui sépare les deux films empêche définitivement de considérer le second comme un simple décalque hollywoodien du premier.
Ces traitements des héros sont finalement assez représentatifs des deux approches choisies par les cinéastes. L’une, plus charnelle, bon vivant, « parisienne », est celle d’un film qui choisit d’être drôle et triste comme la vie. L’autre, plus sombre, où règne duplicité, fatalité, envoûtement, convoque l’esthétique et les archétypes du film noir (femme fatale), ainsi que des relents religieux (remords, impossibilité d’échapper à son tribunal intérieur, détails religieux disséminés ça et là).
  • Commentaire composé d'un extrait du "Rouge et le Noir" de Stendhal répondant à la problématique suivante : comment Stendhal met-il en valeur l'ambition de Julien Sorel ?
    № 13077 | 1,385 mots | 3 sources | 2009 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire du chapitre 6 du livre I du livre "Le Rouge et le Noir" de Stendhal portant sur les moyens utilisés par l'auteur pour mettre en place une scène si romanesque dans sa simplicité qui deviendra au fil du texte une scène de rencontre amoureuse.
    № 22149 | 1,690 mots | 0 sources | 2011 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire du chapitre 6 intitulé " l'ennui ", tiré du livre "le rouge et le noir" de Stendhal en deux parties, la première destinée à l'analyse générale de la structure du texte et la seconde pour analyser le registre romanesque et le décor de l'action.
    № 17649 | 995 mots | 1 source | 2010 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires