La confiance est-elle le fondement principal de la vie sociale ? Dissertation by purplie

La confiance est-elle le fondement principal de la vie sociale ?
Dissertation qui analyse s'il est encore possible de placer la confiance comme base indéfectible de la vie sociale, à l'heure où l'individualisme règne.
№ 5957 | 1,000 mots | 0 sources | 2008
Publié le mai 27, 2008 in Philosophie , Sociologie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Depuis toujours, l’humain évolue en société et le groupe est nécessaire à sa survie. Il continue de nos jours à chercher le contact avec ses semblables malgré l’évolution des mentalités, faisant fi des probables conflits qu’engendre la vie sociale.
Clans, familles, communauté, couple, parent à un sentiment de solitude souvent synonyme de tristesse. L’absence de confiance, qu’elle soit tournée vers soi ou vers autrui, ampute la vie sociale d’une part de vérité et de son sens premier, le partage.

1. La confiance remise en question

2. La foi en l’autre est la base de la vie sociale puisqu’elle conditionne le devenir de l’homme dès qu’il prend conscience de l’existence d’autrui

3. Avoir confiance ne signifie pas non plus dévoiler ses pensées les plus intimes à autrui

Extrait du document:

L’exemple biblique de Judas vient étayer cette opinion. La traîtrise du disciple aura coûté la vie à Jésus. Faire confiance, c’est s’exposer au danger de la trahison. L’intensité de celle-ci est décuplée lorsque l’autre connaît tout de soi. Un ami, un membre de la famille, un collègue de travail, peut alors, par plaisir, ambition mais aussi par simple maladresse, nuire à son confident. Le fait de ne pas se dévoiler est donc assimilé à une forme de protection. En conservant secrètement leurs pensées, leurs idées et les faits qu’ils estiment indicibles, les méfiants ne prennent pas le risque de voir un jour leurs confidences se retourner contre eux.

Commentaires