La connaissance nous délivre-t-elle du mal ? Dissertation by Jfantino

La connaissance nous délivre-t-elle du mal ?
Dissertation philosophique qui pose la question de savoir si la connaissance réfléchie de soi permet de nous délivrer du mal, inhérent aux tendances et tentations humaines.
№ 1785 | 3,660 mots | 23 sources | 2004
Publié le nov. 18, 2007 in Philosophie
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La connaissance est à la fois source et solution au mal : parce qu’elle permet la conscience des actes, elle engendre l’apparition possible du mal, parce qu’elle montre la direction du bien, elle entraîne la destruction du mal. Ce paradoxe entretient une tension entre la notion de connaissance et le concept d’amélioration morale : en quoi la connaissance a t-elle une incidence sur la conduite morale ?
Cette étude s’articule autour de trois axes de réflexion : d’abord, les causes du mal discutent le paradoxe socratique "Nul ne fait le mal volontairement", puis la connaissance du monde et de soi, alliée à la conscience morale, nous délivre du mal et nous dirige vers le bien puisqu’il suffit de bien juger pour bien agir, enfin, la science de la beauté rapproche même le sage de l’extase mystique.

Extrait du document:

Dès l’Antiquité grecque, l’idéal du «kalos-agathos» témoigne de l’aspiration humaine ontologique au bien. Pourtant, l’homme est à l’origine de multiples et perpétuelles manifestations du mal, dont nul ne peut nier la réalité. Conditionné par ses penchants naturels, voire prisonnier de ses passions, il cherche alors à assouvir ses désirs et combler ses appétits infinis. La connaissance réfléchie de soi permet donc de nous délivrer du mal inhérent aux tendances et tentations humaines.
Néanmoins, la valeur des actes est exclue de l’animalité, soumise aux lois immuables de la providence naturelle. Quand dans la savane un lion tue une biche, il n’est pas immoral, il n’accomplit ni le bien ni le mal, mais répond seulement à ses besoins vitaux, obéissant à son instinct de conservation. Le jugement moral porte sur des actions réfléchies réalisées en toute conscience; la morale commence donc avec la connaissance et la comparaison des différents choix possibles à chaque situation.

Commentaires