La conscience dans "La monadologie" de Leibniz Dissertation by floflo71

La conscience dans "La monadologie" de Leibniz
Réflexions, autour de la notion de conscience, basées sur l'ouvrage de référence "La monadologie" qui situe la conscience dans la pensée métaphysique moderne.
№ 761 | 2,620 mots | 0 sources | 2007
Publié le juil. 17, 2007 in Philosophie
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La conscience représente une notion inaugurale chez Leibniz. Cette étude montre comment Leibniz franchit un pas par rapport à Descartes en faisant apparaître la structure de la subjectivité, comment il définit la monade sur le modèle de la conscience ou encore comment il développe les notions de percetion, d'altération ou d'identité.

I. De la subjectité à la subjectivité : la position caractéristique de Leibniz
A. La rupture cartésienne
B. Installation de l’homme dans la posture de la subjectivité
C. Le pas franchi par Leibniz

II. La structure monadique et la conscience comme modèle
A. Rappel sur la monade
B. La conscience comme modèle
C. Le changement
D. Perception et aperception

III. Vers une hiérarchie des monades
A. Les petites perceptions
B. L’appétition

IV. La construction logique du moi
A. Les capacités épistémiques
B. Atteindre le moi via la logique
C. Le principe en question
a) Le principe de contradiction
b) Le principe de raison suffisante


Extrait du document:

Au-delà de l’apparence qu’est la matière, il existe des points d’énergie qui sont absolument simples et dont est faite toute réalité : ce sont les monades. Elles sont simples, inétendues, indivisibles, sans naissance, ni fin naturelle.
Sans naissance : la naissance pour un organisme, c’est l’organisation de ses différentes parties. Si les monades naissaient, ce serait par composition de parties, donc elles ne seraient pas simples.
Ni fin naturelle (la mort) : c’est la dislocation en plusieurs parties. Les monades seraient donc composées.
Elles apparaissent par création brusque et disparition radicale (flagration).
Les monades sont sans porte ni fenêtre : elles ne peuvent pas recevoir d’influence de l’extérieur. Il n’y a pas d’interaction entre les monades. Elles ne sont pas limitées de l’extérieur mais par autolimitation, de l’intérieur.
  • Dissertation se demandant pourquoi la conscience, qui est censée apporter à l'homme la connaissance de ses états mentaux et de son existence comme sujet pensant, peut ne pas être un avantage.
    № 26368 | 1,450 mots | 0 sources | 2011 | FR | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Analyse des différentes variations entre le degré zéro de la conscience et le degré suprême de la conscience parfaitement claire.
    № 762 | 2,250 mots | 0 sources | 2007 | détails
    7,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation qui pose la problématique suivante : les actions de l'homme sont-elles constamment sous le contrôle de sa conscience ou bien peuvent-elles lui échapper et le réduire ainsi au rang d'un animal ou d'une machine ?
    № 13644 | 4,340 mots | 0 sources | 2010 | détails
    11,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires