La conscience suffit-elle à définir l'homme ? Dissertation

La conscience suffit-elle à définir l'homme ?
Dissertation qui cherche à savoir si l'homme n'est libre que par sa conscience.
№ 23259 | 1,505 mots | 0 sources | 2011
Publié le mars 20, 2011 in Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Comme le disait Victor Hugo « la liberté consiste à choisir entre deux esclavages : l'égoïsme et la conscience. Celui qui a choisit la conscience est un homme libre ». Doit-on entendre par là, que l'homme est libre que par sa conscience ? Comme le disait Descartes « je pense, donc je suis » doit on penser dans ce cas, que la conscience est ce qui défit un homme ? On entend par homme : le plus évolué des être vivants. On ne le définit également pas « animal doué de raison » et l'homme pour Aristote est un « animal politique »
On définit par conscience, la connaissance de l'homme en soi, pour soi, et pour les autres, sur ses sentiments et ses actes ainsi que ses choix. C'est la conscience qui fait d'un être humain un sujet capable de réfléchir sur sa société. On résume souvent un être humain par la négation de la définition d'un animal. En effet l'homme n'est pas un animal, car l'animal lui, n'a pas de conscience. On définit souvent un homme en tant qu'être intelligent doté d'une conscience (cf. Descartes). Mais peut-on simplement le définir comme tel ? Car si on le définit comme un être de conscience, on doit se demander en quoi cette conscience n'est réservée qu'aux humains et pourquoi on ne pourrait pas l'accorder aux animaux par exemple.

1) Oui, la conscience définit l'homme
2) Non, la conscience ne définit pas l'homme
3) La conscience de soi, n'est elle qu'une illusion ?

Extrait du document:

Nous commencerons ce paragraphe par une citation de Karl Marx « ce n'est pas la conscience des hommes qui détermine leur être, c'est inversement leur être social qui détermine leur conscience ». En effet, imaginons un être humain, seul sur une ile. Personne autours, il vit seul pendant des années. Il pensera se connaitre, il pensera savoir qui il est, il pensera qu'il a de bonnes valeurs. Il suffit de le mettre un jour, en société, et on s'apercevra que celui est totalement perdu, que tout ce qu'il pensait vrai, n'est en fait qu'une illusion. Il verra que le monde qu'il imaginait n'est pas tel qu'il est vraiment. Et surtout, au bout d'un certain temps il changera. Car oui la société change un être humain. Change la définition de tel ou tel être. Un autre exemple, un garçon de café, qui ne vit que pour son travail, qui a l'habitude d'être appelé « garçon », sans cesse habitué à servir les autres, il ne vit que pour ca. Puis un jour, on tente de le faire passé en tant que client.

Commentaires