La crise écologique Dissertation

La crise écologique
Dissertation se demandant ce qui est réellement en crise lorsque l'on parle de crise écologique.
№ 29721 | 2,275 mots | 0 sources | 2013 | FR
Publié le mai 24, 2013 in Sciences de l'Environnement , Philosophie , Ecologie
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Les résultats des partis écologistes aux élections présidentielles françaises présentent une légère augmentation avec le temps : en 2007, 1,38 % des votants ont choisi José Bové, en 2012, Eva Joly a été choisie par 2,31 % des Français s'étant rendu aux urnes. Lorsque l'on s'intéresse aux chiffres, on remarque que c'est une croissante tout à fait importante puisque le nombre de voies ont doublé d'une élection à une autre (environ 400 000 en 2007, pour environ 800 000 en 2012). Cette plus grande influence du parti écologiste en France semble donc témoigner d'une prise de conscience croissante des problèmes écologiques. Si de plus en plus de citoyens souhaitent avoir un président de la République soucieux de l'environnement, c'est sans doute parce qu'ils savent que le problème de la crise écologique ne se cantonne pas au simple endommagement de l'environnement: d'autres pans de la société sont affectés par cette crise écologique. Il est donc tout à fait légitime de se demander ce qui est en crise lorsque l'on parle de crise écologique. Afin de parvenir à bien traiter la question, il est nécessaire de définir les deux termes principaux que sont "écologie" et "crise". Le premier est défini par le Trésor de la Langue française comme étant la science qui étudie les relations entre les êtres vivants (humains, animaux, végétaux) et le milieu organique ou inorganique dans lequel ils vivent.

Partie I : La crise écologique est d'abord une crise des valeurs
Partie II : Cette crise engendre une seconde crise qui est scientifique
Partie III : Ces deux crises aboutissent à une crise politique qui cherche à organiser une nouvelle société

Extrait du document:

La crise des valeurs engendrée par la crise écologique s'incarne aussi dans la revendication de la fin de la domination de la nature. Ce changement va de pair avec ce qui a été énoncé plus haut, c'est-à-dire qu'il est nécessaire de ne plus considérer la nature comme différente des hommes afin de mettre fin à sa domination. De nombreux penseurs ajoutent que pour en finir avec celle-ci, il est aussi nécessaire que la domination de l'homme par l'homme disparaisse; des sociétés humaines à hiérarchie moins rigides et non fondées sur des jugements de valeur doivent donc être mises en place si l'on souhaite que la domination de la nature n'existe plus.

Commentaires