La critique de Michelle Szkilnik sur l'ouvrage « Jehan de Saintré » d'Antoine de la Sale Dissertation by loulou

La critique de Michelle Szkilnik sur l'ouvrage « Jehan de Saintré » d'Antoine de la Sale
Dissertation basée sur une critique de Michelle Szkilnik et se demandant dans quelle mesure l'ouvrage « Jehan de Saintré » d'Antoine de la Sale est une œuvre littéraire complexe et originale qui incarne un renouveau littéraire.
№ 27091 | 3,840 mots | 0 sources | 2011 | FR
Publié le nov. 25, 2011 in Histoire , Littérature , Littérature Etrangère
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Vers la fin du Moyen-âge, le roman, à la fois en tant que genre littéraire et source des ces idéaux chevaleresques, n'est pas sans connaître des évolutions. En effet, certains romans s'écartent alors de la matière romanesque arthurienne autant par leur forme que par leur contenu. C'est pourquoi, Michelle Szkilnik dit à propos du roman Jehan de Saintré d'Antoine de la Sale : « Plus proche de la biographie chevaleresque que des autres romans du XVe siècle, qui, eux, préservent peu ou prou le modèle du chevalier arthurien, Saintré dessine la carrière non d'un chevalier courtois mais d'un courtisan. » Ainsi, dans cette citation, Michelle Szkilnik nous donne à voir d'emblée les tensions majeures de l'œuvre qui sont à la fois d'ordre générique (concernent le genre du texte), et d'ordre thématique (concernant le fond du texte) : si, à la première lecture, Jehan de Saintré semble être un roman relatant la carrière d'un chevalier courtois suivant le modèle du chevalier arthurien, selon M. Szkilnik, il serait plus juste de le rattacher au genre de la biographie chevaleresque et de le considérer comme l'illustration de la carrière d'un courtisan.
Nous montrerons tout d'abord que Jehan de Saintré est un texte à la croisée de différents genres (le roman, la biographie chevaleresque et la chronique), et qu'il se démarque par cette hybridité générique. Puis, nous verrons que l'œuvre instaure un véritable jeu littéraire à la fois d'emprunt et de détournement des valeurs, des modèles et des topoï littéraires médiévaux. Enfin, nous tâcherons de montrer qu'elle est une œuvre moderne reflétant une évolution littéraire et sociale de la France à la fin du Moyen-âge.

Extrait du document:

Nous pourrions alors reprendre l'idée de M. Szkilnik, qui est de lire l'intrigue amoureuse dans Saintré que comme une parenthèse dans le texte, dont l'enjeu principal serait d'exalter la figure et les combats du chevalier, tout comme dans les biographies chevaleresques où l'amour est souvent minimisé. Toutefois, si l'insertion du réel est certaine, les repères historiques sont brouillés et le roman regorge de marques d'idéalisation romanesque.

Commentaires