La démocratie en Europe à la vieille de la grande Guerre Dissertation by spycrow

La démocratie en Europe à la vieille de la grande Guerre
Dissertation qui se demande si l'on observe bel et bien une « convergence démocratique » nouvelle qui s'achèvera temporairement avec le début de la grande Guerre en Europe.
№ 19430 | 3,980 mots | 5 sources | 2010 | FR
Publié le août 31, 2010 in Histoire , Relations Internationales
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Pour Blanqui la démocratie est un mot vide de sens. « Qu'est ce donc qu'un démocrate, je vous prie ? C'est là un mot vague, banal, sans acceptation précise, un mot en caoutchouc ! ». Bien malin est celui qui parviendra alors à définir « la démocratie », concept vague et élastique ! Mais justement, il ne s'agit pas ici de définir « la démocratie » en elle-même, en tant qu'essence indépendante des temps et des lieux, en tant que concept abstrait et purement théorique, mais de définir la démocratie comme ancrée dans un contexte historique et géographique limité, comme dépendante d'un lieu et d'une époque.

1. Les limites qui au lieu de se plier sous la force ascendante de la démocratie, résistent et trouvent une nouvelle vigueur dans la contestation de « l'idée démocratique ».
2. Un rejet de l'idée même de démocratie, ou un refus du terme libéralisme.

Extrait du document:

La Belle Epoque, c'est l'apogée de la démocratie libérale qui se pose comme un véritable « modèle » européen. Auparavant, les principes de démocratie et de libéralisme semblaient en perpétuel affrontement, mais au début du XXème, la démocratie reprend et dépasse les idées libérales. Certes elle en recueille l'héritage comme les institutions établies par les régimes constitutionnels, les instituions représentatives élues et les libertés publiques garantissant l'initiative individuelle mais elle les dépasse par d'une part un élargissement sans précédent du corps électoral et d'autre part par une extension des attributions des institutions représentatives, mais aussi par l'existence d'un véritable espace public démocratisé.

Commentaires