La dette publique des États européens est-elle soutenable ? Dissertation by Marionc

La dette publique des États européens est-elle soutenable ?
Dissertation se demandant s'il existe une limite à l'endettement public et si une dette publique est plus soutenable qu'une autre.
№ 24223 | 2,855 mots | 0 sources | 2011
Publié le mai 06, 2011 in Économie , Questions Européennes
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La dette publique est le total des engagements financiers de l'État. Elle résulte du cumul des besoins de financement de l'État, c'est-à-dire de la différence, année après année, entre ses produits et ses charges. Le principal indicateur du poids de l'endettement public est la dette publique au sens de Maastricht : il s'agit de la dette brute consolidée de l'ensemble des administrations publiques qui ne tient pas compte des avoirs des administrations. Il faudrait en réalité distinguer plusieurs types de dettes : la dette fatale, qui provient de la chute de l'activité, et sert à amortir la récession ; la dette sociale qui résulte directement de l'intervention de l'État Providence ; la dette permanente, conséquence d'un État qui dépense trop et d'une économie qui vit au-dessus de ses moyens; la dette de crise ; et enfin, la dette stratégique qui vise à dépenser aujourd'hui pour bénéficier de davantage de croissance et ainsi réduire le poids de la dette demain.

I- Si l'emballement de la dette publique des États européens est inquiétant, la soutenabilité des dettes souveraines repose sur un système de croyance et de monétisation de l'endettement qui a semblé jusqu'à peu pérenne
II- Mais si la dette souveraine est théoriquement intemporelle et infinie, un niveau d'endettement trop élevé n'est pas ''soutenable'' à long terme et nécessite des réformes structurelles afin de renforcer la crédibilité de l'État

Extrait du document:

Lorsqu'on donne des ordres de grandeur de la dette publique, l'usage est de recourir au ratio dette publique/PIB qui montre la capacité d'un État à rembourser sa dette en fonction des capacités contributives de son économie. Un bref coup d'œil aux niveaux atteints par ce ratio ces dernières années fait état du constat alarmant de la dérive des finances publiques, avec des taux allant jusqu'à 143,7% en Grèce.

Commentaires