La "fin'amor" Dissertation by kickounet

La "fin'amor"
Dissertation portant sur la notion médiévale de "fin'amor" qui a donné lieu à un mouvement littéraire très différent de la réalité.
№ 13487 | 2,955 mots | 0 sources | 2010
Publié le janv. 22, 2010 in Histoire , Littérature
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'expression fin'amor est traduite par « amour loyal ». On est bien dans une notion médiévale. Pour la définir, un clerc a écrit à la fin du 12e siècle, à l'époque de Chrétien de Troyes, un traité sur l'amour: Tractatus de Amore (1184), et en conclusion, il déconseille à ses lecteurs la fin'amor, parce que c'est un sentiment trop éloigné des valeurs chrétiennes. Il dit que la fin'amor est un lien qui s'applique à un homme et une femme, mais avec des différences, car peut unir un chevalier et une dame mariée et inaccessible (refus de la femme donc pas d'adultère) , un chevalier et une dame mariée et accessible donc adultère (Lancelot et Guenièvre), et enfin un chevalier et une jeune fille qui peuvent tous deux envisager le mariage.

I) La Courtoisie : un art de vivre
II) Fin'amor : une figure de l'excès
III) La fin'amor, un mvt litté européen
IV) La littérature et le réel : les vertus pédagogiques de la fin'amor

Extrait du document:

Le courant littéraire issu de la fin'amor est considérable, il a pénétré la poésie et le roman dans toute la France, Grande Bretagne et on le retrouve au 14e siècle en Italie dans une œuvre :Canzoniere de Pétrarque, le poète met en scène une histoire d'amour qui ressemble à la fin'amor pour une jeune dame, Laure. Le poète revient plusieurs fois sur le processus de l'innamoramento (fait de tomber amoureux, processus). On a beaucoup d'images précieuses autour du sentiment amoureux (flèche qui atteint le cœur, les yeux). Ce qui est élaboré par Pétrarque reviendra au 16e siècle avec les poètes de la Pléiade. De la sorte, c'est toute une image, une représentation de l'amour qui s'installe durablement dans l'imaginaire de l'occident avec des codes peut être tellement gravés dans notre culture que nous ne les voyons même plus.

Commentaires