La finalité de l'art : la beauté ? Dissertation

La finalité de l'art : la beauté ?
Dissertation philosophique qui tente de définir la place du beau dans l'Art à l'aide de références littéraires et d'illustrations de nombreuses oeuvres.
№ 12899 | 7,810 mots | 0 sources | 2008
Publié le oct. 22, 2009 in Philosophie , Arts , Histoire de l'Art
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Celui qui admirerait un bouquet de tournesol en le comparant au tableau de Van Gogh serait considéré comme un hérétique pourtant il aurait compris que c'est à travers de l'art que l'on reconnaît la beauté du réel. L'art est une création du beau dans l'œuvre artistique. Pourtant cela ne nous dit pas quelle est la fin de l'art. Si la beauté est la fin de l'art on ne peut comprendre l'existence du laid sinon au travers de l'échec de la création. Si la beauté n'est pas la fin de l'art, celui-ci semble voué à l'insignifiance. Il faut alors considérer que l'art est une production, une création du beau qui est propriété de l'objet. Pourtant si on utilise le beau comme l'objet conjoint de l'objet et du sujet, l'art ne peut être une simple création. L'art exige une conversion du sujet, conversion qui ne peut être effective que dans la rencontre du beau. Le beau n'est plus une fin mais un moyen vers une réalité supérieure. Il est nécessaire de voir le beau non pas comme une fin mais comme un moyen. Le beau fait signe vers une réalité supérieure.

Extrait du document:

Dans cette perspective l'expression artistique pourrait se passer de réalisation. L'art se tourne vers lui-même. Il n'est plus un moyen d'aller vers un sens extérieur à la production, le sens se porte sur l'art lui-même. L'art devient un théâtre dans le théâtre, un art dans l'art. L'art devient une tautologie puisque l'idée de l'art et l'art se confondent. L'art définit l'art. L'art cherche à utiliser les moyens propres à la philosophie en utilisant le concept comme base fondamentale. Le beau est à la fois un moyen qui permet d'aller vers le concept mais l'art cherche en même temps à l'éluder en ne s'attachant qu'aux concepts. A partir du moment où l'art se désengage du beau, de l'esthétique en tant que relation de l'objet et du sujet alors on peut considérer que l'absence de beau est la fin de l'art. L'art tend à devenir philosophique au travers de moyen plastique.

Commentaires