La flexibilité est-elle toujours favorable à l'emploi ? Dissertation

La flexibilité est-elle toujours favorable à l'emploi ?
Dissertation s'interrogeant sur les conséquences de la flexibilité sur l'emploi, autant dans le domaine quantitatif que qualitatif.
№ 29828 | 1,750 mots | 0 sources | 2011 | FR
Publié le juin 10, 2013 in Économie , Sciences Politiques
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La crise économique de 2009 a entrainé une hausse des emplois atypiques (emplois précaires et à temps partiel) et une massification du chômage. En Europe, et notamment en France, les effets ont pu être limités grâce à une protection sociale et une rigidité élevée. Cependant, les États-Unis prônent une flexibilité du marché du travail très élevée. Celle-ci correspond à la capacité qu'ont les entreprises à s'adapter rapidement et à moindres coûts aux fluctuations de l'économie et à leur environnement économique. Autrement dit, l'état n'intervient que très rarement et laisse le marché se réguler lui-même, ce qui limite donc la protection sociale. Cependant, en 2010, Barak Obama, actuel président des États-Unis, propose une loi qui augmenterait la protection sociale, ce qui va à l'encontre des idées libérales valorisées dans le pays. Faudrait-il revenir à un marché plus rigide pour favoriser le retour au plein-emploi ? Cependant, quels sont les avantages de cette flexibilité ? Pourquoi, comme l'affirment les libéraux, la flexibilité conduirait-elle à une hausse des emplois alors qu'elle encourage les licenciements ?

I. Selon les libéraux, la flexibilité doit être favorisée pour permettre une hausse des emplois
II. La flexibilité n'est pas toujours favorable aux emplois

Extrait du document:

Dans un premier temps, nous pouvons constater que la corrélation entre flexibilité et chômage est limitée puisque pour une flexibilité similaire, le taux de chômage est différent. Par exemple, pour une flexibilité de 3 au Japon, on note 4% de chômage tandis que celui de l'Espagne atteint les 18%, soit 14 points de pourcentage d'écart. On ne peut donc pas vérifier cette corrélation. D'autre part, l'idée que le coût du travail entraîne une hausse des emplois est discutable. En effet, s'il diminue dans un pays et que les autres font de même, en économie ouverte, l'activité s'écroule, la production également et donc les emplois.

Commentaires