La laïcité, clé de répartition des domaines du droit et de la religion Dissertation

La laïcité, clé de répartition des domaines du droit et de la religion
Dissertation se demandant comment la laïcité sépare et unifie le droit et la religion. (pdf)
№ 27884 | 1,355 mots | 0 sources | 2011
Publié le févr. 08, 2012 in Histoire , Droit , Religion
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Les valeurs religieuses se sont imposées dans l'Histoire et ont longtemps servi à unir les hommes. Le droit et la religion sont deux domaines qui ont toujours été confrontés. Autrefois la religion dictait le droit par le biais des dieux, désormais le droit encadre la religion. La laïcité est le principe qui les sépare. Ce principe, établi avec la Révolution française, correspond à la neutralité du droit à l'égard de la religion. Ainsi à travers cette étude l'Église et l'État vont être confrontés. Le droit est l'ensemble des règles de conduite, socialement édictées et sanctionnées par la puissance publique, qui s'imposent aux membres de la société. Tandis que la religion est l'ensemble des croyances et pratiques culturelles, procédant d'une religion à l'autre, de fondements divers. Il est intéressant de confronter la religion et le droit à travers la laïcité car souvent, la religion commande le droit dans certains états ou dans d'autres le droit écarte la religion. Les places de la religion et du droit ont sensiblement évolué dans la société.

I. La séparation de l'État et de la religion
II. Une interférence nécessaire entre le droit et la religion

Extrait du document:

Beaucoup de libertés religieuses ont été transformées en libertés fondamentales. La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen est le texte le plus évocateur de ces libertés. L'article 10 relate que « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi. » Par ailleurs la laïcité est le cadre protecteur des droits de l'homme. S'il n'y a pas de laïcité alors il n'y a pas de droits de l'homme et donc de liberté. De surcroît la Constitution se proclame le défenseur des libertés religieuses fondamentales.

Commentaires