La liberté Dissertation by Mademoiselle lou

La liberté
Dissertation de philosophie définissant le concept de liberté comme étant indispensable et incompréhensible.
№ 3936 | 1,975 mots | 0 sources | 2008
Publié le févr. 27, 2008 in Philosophie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La liberté est un concept extrêmement problématique puisqu’il est à la fois incompréhensible - au delà de la science traditionnelle et échappant à toute tentative de définition - et indispensable - à la dignité de l’homme et à la morale.
Malgré la difficulté de penser le concept de la liberté, il faut donc vivre avec.
C’est en cela que la thèse de Kant paraît plutôt satisfaisante puisqu’il parvient à ménager à la fois les sciences et la liberté. Il rend même le concept de la liberté compréhensible en privilégiant un autre mode de pensée : la raison pure.

1. Le caractère impossible de la liberté

2. L'incompréhension de la liberté doit-elle conduire à la négation de celle-ci?

3. L'issue à cette apparente contradiction

Extrait du document:

En admettant, que le concept de liberté soit à la fois indispensable et incompréhensible, comment peut-on résoudre cette contradiction ? Y a-t-il une solution ? Kant pose sa démonstration en cristallisant cette contradiction dans ce que l’on appelle une antinomie. L’antinomie signifie l’affrontement entre deux thèses contraires qui se révèlent avoir autant de valeur l’une comme l’autre. Dans la Troisième Antinomie, il montre combien les sciences ont besoin d’un strict déterminisme pour exister, autant finalement que la morale nécessite le libre-arbitre pour se fonder. Ainsi, il se trouve dans une impasse puisque aucune des deux valeurs ne prévaut sur l’autre .Alors pour dépasser cette antinomie, il va falloir séparer la connaissance en deux concepts : la raison théorique et la raison pratique car pour lui, la contradiction ne réside qu’au sein même de la raison. C’est la raison théorique qui se charge de comprendre le monde sensible (« mundus sensibilis »), qui regroupent ce que l’on nomme les phénomènes c’est-à-dire les objets tels qu’ils nous apparaissent, tels qu’ils se donnent à la connaissance sensible. Ainsi, les phénomènes permettent les sciences puisqu’ils relèvent d’un strict déterminisme. A contrario, la raison pratique va tenter de préserver la liberté transcendantale. En effet par la métaphysique (qui signifie « méta » au-delà et « phusiké » physique), c’est-à-dire l’étude au- delà de la physique des objets transcendants, grâce à la simple logique de la pure raison, la métaphysique permet de penser l’être en soi, les noumènes qui appartiennent au monde intelligible (« modus intelligibilis ») qui relève d’une causalité libre.

Commentaires