"La liberté guidant le peuple" d'Eugène Delacroix Dissertation

"La liberté guidant le peuple" d'Eugène Delacroix
Exposé analysant un tableau qui est une œuvre de Eugène Delacroix intitulé "La liberté guidant le peuple" portant sur la Révolution à Paris en 1830.
№ 17059 | 1,045 mots | 0 sources | 2010
Publié le juin 21, 2010 in Histoire , Arts
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

« La liberté guidant le peuple » d'Eugène Delacroix, 1830
« Si je n'ai pas vaincu pour la Patrie, au moins peindrai-je pour elle... »
Dans cette toile, Delacroix témoigne de la révolution sanguinaire qui déchire Paris les 27, 28 et 29 juillet 1830. Au cours de ces trois jours, surnommés les « Trois Glorieuses », les républicains libéraux protestent contre les ordonnances de Saint-Cloud émises par Charles X et limitant les libertés (censure, dissolution de la chambre, restriction du droit de vote par augmentation du cens). Le dernier roi Bourbon est ainsi renversé, et remplacé par Louis-Philippe, Duc d'Orléans.
La toile est achevée trois mois après l'insurrection et le début de la monarchie de Juillet. Elle est exposée dès 1831 au Salon.

1. L'œuvre et son contexte
2. Le tableau par lui-même
3. Un destin d'icône politique

Extrait du document:

L'homme au béret est un manufacturier, tandis que celui qui porte un chapeau haut-de-forme est un artisan. Le premier semble donc être un partisan de Louis-Philippe, tandis que le second serait un bourgeois, peut-être l'artiste Delacroix lui-même, portant les armes pour ses convictions. Cette représentation ouvrière ne semble pas très réaliste ; il serait plus vraisemblable qu'il s'agisse d'une représentation personnelle de l'artiste.
Quant au gamin, on croirait voir en lui le Gavroche de Hugo, tant la ressemblance est frappante. L'enfant, portant la faluche (béret de velours noir), ainsi qu'une giberne en bandoulière, et brandissant des armes de ses deux mains, renvoie à l'enthousiasme révolutionnaire des étudiants du Quartier Latin.

Commentaires