La lucidité est-elle un obstacle au bonheur ? Dissertation by blondinette2503

La lucidité est-elle un obstacle au bonheur ?
Dissertation de philosophie qui tente de savoir si la conscience empêche d’être heureux.
№ 6250 | 1,970 mots | 0 sources | 2007
Publié le juin 11, 2008 in Philosophie , Questions Sociales
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Etre lucide c’est être conscient de ce que l’on est et du monde qui nous entoure. La lucidité implique nécessairement une activité de la raison, afin de reconnaitre le vrai du faux. Quant à l’obstacle, on peut dire qu’il est synonyme de barrière. C’est donc un élément qui nous empêche d’accéder au bonheur.
Pour les philosophes, l’opinion varie sur la notion du bonheur. C’est pourquoi, on peut dire qu’il est subjectif. Il ne relève pas de biens comme l’amour, la gloire ou encore la richesse. Savoir et bonheur se contredisent-ils toujours ?
Il est important de répondre à cette question, afin de se demander s’il faut réellement réaliser un choix entre les deux.

I. La réflexion peut être une des conditions du bonheur

II. Il y a discorde entre bonheur et savoir

III. Recherche d'un compromis entre les deux

Extrait du document:

Dans notre société, la consommation de drogue et d’alcool est de plus en plus répandue. Même si l’on boit parfois pour pouvoir se détendre et s’amuser, il arrive bien souvent que ce soit pour oublier. Il faut dire que dans un grand nombre de vies la souffrance règne. C’est pourquoi, beaucoup sombre dans l’alcoolisme ou la toxicomanie. Ils vivent alors dans un monde où ils s’évadent loin de leur malheur, car ils en sont inconscients. Mais la lucidité est-elle vraiment un obstacle au bonheur ? (...) Dans un premier temps, nous allons voir que la savoir et le bonheur peuvent parfois coexister. Pour ce faire, nous montrerons que la réflexion peut-être à l’origine du bonheur, alors qu’à l’inverse la connaissance de soi y contribue. Ainsi, certains esprits pensent que le bonheur serait indissociable de la réflexion. C’est la cas d’Epicure qui explique qu’il faut effectuer un calcul de ses désirs ainsi que de ses plaisirs. En effet, selon lui, il serait nécessaire d’anticiper les conséquences de ses actes, pour accéder au bonheur. La lucidité serait donc indispensable, de même que le pensent les Stoïciens, à la différence qu’ils désignent la vertu comme étant le souverain bien. Pour eux, il est aussi impensable de calculer, afin d’acquérir la vertu, qui est illimitée et éternelle. Donc, selon les philosophes Epicure, et les Stoïciens, pour mener une vie heureuse, il s’agirait d’appréhender constamment son futur. Il faudrait donc réussir à tirer des leçons de ses actes...

Commentaires