La mémoire de Vichy de 1945 à nos jours Dissertation

La mémoire de Vichy de 1945 à nos jours
Dissertation qui analyse comment la mémoire de Vichy a évolué dans la mémoire des français de 1945 à nos jours.
№ 10949 | 1,375 mots | 10 sources | 2008
Publié le mai 07, 2009 in Histoire , Sciences Politiques
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'année 1945 est une « date pivot » selon Annette Wieviorka. Elle marque en effet la fin de la Seconde Guerre Mondiale, qui fut la plus meurtrière de l'histoire, et marque aussi l'entrée dans une ère de refoulement de certaines mémoires. Le régime de Vichy aboli en 1944, était un régime strict obéissant à l'occupation et à la demande nazie, ce qui ne l'empêchait pas de collaborer d'elle-même. Après 1945, Vichy se doit d'être rayée des mémoires des populations car ce naufrage politique était en contradiction avec le « mythe resistancialiste », chez à Henri Rousso (Le syndrome de Vichy, 1990).

I. Le refoulement de Vichy, de 1945 à 1968
a) Un refoulement total…
b) … malgré quelques interrogations

II. Le « retour du refoulé », de 1968 à 1995
a) Vichy ressurgit…
b) … et tout bascule

III. La reconnaissance récente de Vichy, de 1995 à nos jours
a) Vichy, coupable…
b) … vers d'autres interrogations

Extrait du document:

Le régime de Vichy est refoulé dès août 1944. C'est à cette date-là que le Gouvernement Provisoire de la République Française (GPRF) dirigé par De Gaulle, décrète que la législation de Vichy est considérée comme nulle, ainsi on revient à la législation de 1940. Vichy est donc refoulée avant même que la France ne soit entièrement libérée. Selon H. Rousso dans le Syndrome de Vichy, le GPRF de De Gaulle développe le « mythe resistancialiste ». Ce mythe met en avant le rôle de la résistance dans la libération de la France, or on sait que 0,04% de la population était résistant, fin 1943. Ce mythe veut faire de tous les français, des résistants et de toute la France, une Résistance générale, afin de réduire Vichy et ses dirigeants à une poignée de traîtres (Robert Aron, Histoire de Vichy 1954).

Commentaires