La modernisation conservatrice dans le second XIXème siècle Dissertation by L

La modernisation conservatrice dans le second XIXème siècle
Dissertation se demandant pourquoi des régimes autoritaires, qui n'hésitaient pas à s'appuyer sur des organisations traditionnelles, et qui mettaient le maintien de l'ordre au premier plan, se sont trouvés être à la source de la modernisation.
№ 25900 | 2,525 mots | 0 sources | 2011 | FR
Publié le août 09, 2011 in Histoire , Sciences Politiques
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

On a souvent coutume d'attribuer à la modernisation un aspect libéral, voire démocratique. Néanmoins, en revenant à la définition historique du concept, on s'aperçoit que la libéralisation n'est qu'un aspect du processus. Le XIX siècle est parsemé de régimes qui n'hésitent pas à s'appuyer sur certaines traditions et se définissent parfois par un impératif d'ordre, qui s'inscrivent également dans la modernisation. C'est ce qu'on appelle la modernisation autoritaire, ou conservatrice. Trois cas particulièrement parlants se distinguent. Il s'agira d'essayer de voir comment est conçue la modernisation dans le Second Empire français, dans l'œuvre de Bismarck en Allemagne et pendant l'ère Meiji au Japon.

1. L'affirmation du pouvoir comme préalable à la modernisation et les appuis conservateurs
2. Limites des modernisations autoritaires

Extrait du document:

L'empire libéral en France a été incarné par Emile Ollivier. Affilié au camp républicain, il est sensible au coté mixte du régime de Napoléon III, dont il pense qu'il est amené à se libéraliser. Il accepte dans cette perspective d'être le rapporteur de la loi de autorisant la grève. En effet, quelques années plus tard, Napoléon III commence à mettre en exécution son projet de libéralisation du régime : en 1869 les élections législatives se font sans candidature officielle, et la liberté de la presse est garantie depuis 1867. A ce moment là émerge l'idée que l'on s'achemine vers une démocratie libérale avec un exécutif fort.

Commentaires