La non intervention de l'ONU pendant le conflit Irlandais Dissertation by test

La non intervention de l'ONU pendant le conflit Irlandais
Dissertation qui explique le choix de l'ONU de ne pas intervenir pendant le conflit en Irlande du Nord, entre 1968 et 1998.
№ 25239 | 2,040 mots | 0 sources | 2011 | FR
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Dans le préambule de la Charte fondatrice de l'ONU, rédigée en 1945, on peut noter que les membres de l'organisation se doivent de " proclamer à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l'homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l'égalité de droits des hommes et des femmes, ainsi que des nations, grandes et petites". Si l'on se réfère à cette citation, une intervention de l'Organisation des Nations Unies dans le conflit Nord-Irlandais, de 1921 à 199 aurait pu être légitime. En effet, entre 196 et 1998, cette lutte a causé près de 6000 victimes. Pourtant, cette aide n'a pas eu lieu. On peut dès lors se demander pourquoi est-ce que les Nations Unies ne sont pas intervenues pendant le conflit irlandais, et pourquoi cela n'a pas handicapé le processus de paix.
Répondre à ces questions nécessite d'abord de connaître les moyens d'action dont disposait l'ONU dans une telle situation. Ensuite, il sera possible de comprendre les causes de cette politique de non interférence, au niveau de l'organisation même ainsi qu'au niveau national.

Extrait du document:

L'Organisation des Nations Unies dispose de moyens concrets pour agir pendant un conflit. Mais sur certains points, la Charte fondatrice reste assez vague. En 1945, l'ONU a ainsi occulté la question des droits des minorités, laissant la souveraineté des nations totale sur ce sujet, afin de pouvoir maximiser le nombre d'adhérant potentiels. Il est en effet logique que plus la Charte était contraignante, moins la perspective de rejoindre l'organisation aurait été attrayante. Si le texte a été complété par la suite, la question des droits des minorités est toujours restée un problème, comme en témoigne la création en 14 ans de la Déclaration des Personnes appartenant aux Minorités Nationales ou Ethniques, Religieuses et Linguistiques. Actuellement, la Charte utilise des termes très généraux en faveur de la "protection des minorités".

Commentaires