La notion de puissance est-elle pertinente ? Dissertation

La notion de puissance est-elle pertinente ?
Dissertation qui analyse la notion de puissance au sens étatique.
№ 14112 | 2,500 mots | 3 sources | 2010
Publié le mars 14, 2010 in Relations Internationales , Sciences Politiques
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Pendant des siècles, les relations internationales ont été gérées par le ou les empires dominants du moment ; on peut citer parmi ces grandes puissances la Grèce Antique, l'Empire Romain, le Royaume de Charlemagne, les grands empires coloniaux (Espagne, Portugal puis Royaume-Uni et France). L'Histoire tournait alors autour de la guerre, et les Etats n'avaient d'autres ambitions que de vaincre et de conquérir afin d'étendre leur territoire et leur population, c'est-à-dire étendre leur puissance et leur domination. C'est donc à partir de l'Histoire que la définition première de la grande puissance a été dégagée ; c'était le but de la politique étatique.

1) L'élargissement de la notion de grande puissance et l'apparition du normatif
2) Une notion de puissance toujours centrée sur l'Etat, mais une puissance devenue moyen de la politique internationale étatique

Extrait du document:

Il est alors possible de donner une nouvelle définition de la puissance, qui serait entendue comme la capacité d'influence sur le comportement des autres unités politiques et des autres peuples. La puissance n'est désormais plus le but de la politique étrangère, l'Etat ne veut pas imposer sa grande puissance mais désire davantage la reconnaissance venue de l'extérieure – et ceci parce que la puissance a pris une certaine connotation négative et comporte donc des risques. Les Etats ont le besoin et la volonté d'utiliser la puissance comme moyen afin de s'imposer sur la scène internationale et de parvenir à ses fins et objectifs diplomatiques tout en s'enrichissant et en augmentant la sécurité et les conditions de vie des populations. Les bénéfices retombent donc à la fois sur le plan interne et sur le plan externe.

Commentaires