La place de la science dans les sociétés occidentales (1850-1914) Dissertation by ju1992

La place de la science dans les sociétés occidentales (1850-1914)
Dissertation qui cherche à savoir en quoi les grandes avancées scientifiques vont marquer d'une empreinte indélébile les sociétés industrielles.
№ 24995 | 1,345 mots | 0 sources | 2008
Publié le juin 23, 2011 in Philosophie , Sciences
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La science constitue sans contexte un volet essentiel de la modernisation des sociétés occidentales. Le second XIXème siècle voit se succéder en la matière les découvertes majeures qui façonneront le monde que nous connaissons aujourd'hui, et ce dans tous les domaines de recherche : les mathématiques, la physique avec la thermodynamique et l'électrostatique, la chimie avec la radioactivité et les progrès de la chimie organique, la biologie avec les travaux de Claude Bernard, la médecine avec Pasteur…
Nous tenterons de répondre à cette interrogation en présentant dans un premier temps la doctrine positiviste d'Auguste Comte, qui place la science au cœur de la destinée et du bonheur humains (I). Puis, après avoir étudié les conséquences économiques, politiques et sociales de la révolution scientifique en Europe et aux Etats-Unis (II), nous nous pencherons sur les résistances qui se sont dressées contre la foi dans le progrès (III).

Extrait du document:

Urbanisation, concentration et standardisation deviennent les maîtres-mots du capitalisme moderne, ce qui se traduit par d'importantes retombées sociales : développement du prolétariat, enrichissement des patrons et des banquiers, expansion des classes moyennes... Une révolution similiaire se produit à une moindre échelle dans le monde agricole, avec l'arrivée sur le marché de machines et d'engrais chimiques qui se diffusent surtout en Grande-Bretagne. Le commerce est modernisé par le développement, la diffusion et la démocratisation des moyens de locomotion (chemins de fer, transatlantiques, puis débuts de l'automobile et de l'aviation) qui déjouent les obstacles naturels. Ceci permet à la fois la spécialisation des régions et l'ouverture sur un monde largement dominé par les puissances occidentales, qui envoient leurs produits manufacturés dans les colonies et importent des mantières premières bon marché.

Commentaires