La place du président sous la Vème République Dissertation

La place du président sous la Vème République
Dissertation sur le pouvoir du président par rapport à la rationalisation du parlementarisme sous la Vème République.
№ 28525 | 1,620 mots | 0 sources | 2012 | FR
Publié le juin 24, 2012 in Histoire , Droit , Sciences Politiques
5 Rating: 5/5 (1 vote)
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Avant la Vème République le président de la république n'existait pas comme on le connait aujourd'hui : les régimes parlementaristes des III et IV République donnaient très peu de pouvoirs au président. Ce n'est que depuis 1962 que celui-ci puise sa légitimité directement du peuple, depuis la constitution de 58 qu'il est un personnage central de notre vie politique. En effet, le titre II de la Constitution du 4 octobre 1958 vient avant ceux consacrés aux autres organes et est l'un des plus longs. Les rédacteurs de la constitution de notre république on voulu revaloriser cette place pour une rationalisation du parlementarisme sans pour autant lui donner les pleins pouvoirs qui conduirait à un régime présidentiel voir à une dictature comparable à celui du régime de Vichy.

1. La place centrale du président sous la V e République
2. Des pouvoirs dépendant du contexte politique

Extrait du document:

La Constitution du 4 octobre 1958 avait entre autre comme objectif de mettre en place des institutions stables et un Etat fort. Pour cela, les constituants ont placé le président au cœur du système et comme premier détenteur du pouvoir exécutif, de Gaulle affirmait que le président est seul « à détenir et à déléguer l'autorité l'Etat ». Mais il essayait tout de même de tempérer l'exercice de cette autorité en expliquant que la nature, les taches du président impliquent que celui-ci ne soit pas impliqué sans relâche par la conjoncture politique, économique… et que ceci était le rôle du premier ministre. Le président est à présent sous notre république qualifié par la constitution de garant, arbitre et un gardien. De plus dans les années 60 on a parlé d'une « présidentialisation » du régime. En effet, en 1962 une réforme du mode d'élection du chef de l'Etat marque un tournant pour la place de celui-ci à présent élu au suffrage universel direct, tirant donc sa légitimité du peuple directement.

Commentaires