"La Place Royale" de Corneille Dissertation by Diez

"La Place Royale" de Corneille
Dissertation sur la pièce de Corneille "La Place Royale", dont la situation de départ est un couple amoureux à qui tout sourit. Corneille tente de montrer comment l’amour peut faire échec à l’amour.
№ 3063 | 11,150 mots | 0 sources | 2007
Publié le févr. 03, 2008 in Danse et Théâtre , Littérature
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Dans "Le sentiment de l’amour dans l’œuvre de Corneille", Nadal affirme que, «quand il est posé, l’amour chez Corneille ne trouve sa contradiction essentielle qu’en lui-même»; c’est-à-dire que l’amour est déjà en lui-même, dans les pièces de Corneille, un nœud dramatique autonome, autosuffisant, au sens où il met en jeu le combat entre la volonté de l’amant et sa passion amoureuse.
Cette observation trouve sa radicalisation dans "La Place Royale" où il n’est pas besoin d’obstacles extérieurs (rival jaloux, parents ennemis…) pour relancer l’intrigue, car les amants y trouvent leur ennemi dans l’aimé autant qu’en eux-mêmes : les contraintes, les opposants, les obstacles qu’ils affrontent ne viennent pas de l’extérieur mais de l’intérieur, et c’est pourquoi Nadal dit à propos de la pièce que «la sédition s’y élève au cœur de l’amour».

Extrait du document:

L’hypothèse que la citation développe est la suivante : l’amour se suffit à lui-même comme nœud tragique. « Le conflit amoureux n’a pas besoin d’autres incidences que les siennes pour être une source de grandeur tragique tout à fait originale et inconnue. » ajoute Nadal. Dans cette optique, toute contrainte extérieure (rival jaloux, parents ennemis…) serait une pure pétition de principe que le dramaturge place sur les chemins tous tracés de ss héros et qu’il lèverait un peu avant la fin du dernier acte. Corneille refuse cette facilité : l’entêtement d’Angélique pour s’enfermer au couvent, au dernier acte, souligne par contraste l’artificialité de la fin heureuse, de sa fonction réconciliatrice et de sa valeur de convention. L’auteur préfère chercher dans l’amour lui-même ses propres antithèses, ses propres contradictions, et dans les caractères de ses personnages les sources de leurs maux.
  • Fiche de lecture de l'ouvrage « L'Illusion comique », de Corneille se demandant comment Corneille instrumentalise les mécanismes de l'illusion pour faire accéder celui qui s'y laisse prendre à une vérité que l'auteur entend faire éclater.
    № 27542 | 3,930 mots | 0 sources | 2011 | FR | détails
    11,95 $US
    Ajouter au panier
  • Explication de texte sur "Le Cid" V, 7 (vers 1801 à 1840) de Corneille dans laquelle Rodrigue est sensible à la présence du roi mais ses préoccupations vont vers Chimène.
    № 27085 | 900 mots | 1 source | 2011 | FR | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire qui analyse comment Corneille met en avant, dans cette scène, le pouvoir du langage et fait apparaître un contraste entre les deux personnages.
    № 8644 | 1,105 mots | 0 sources | 2008 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires