La politique américaine au Moyen-Orient depuis 1945 Dissertation

La politique américaine au Moyen-Orient depuis 1945
Dissertation qui s'interroge sur l’évolution des politiques mises en œuvre par Washington pour concilier leurs intérêts face aux évolutions politiques que connaît, de 1945 à nos jours, le Moyen-Orient.
№ 3016 | 3,290 mots | 5 sources | 2007
Publié le févr. 02, 2008 in Histoire , Relations Internationales , Sciences Politiques
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La fin de la Seconde Guerre Mondiale signe l’effacement relatif de la France et du Royaume-Uni derrière les «Deux Grands», l'URSS et les Etats-Unis, sur la scène internationale, et aussi sur la scène moyen-orientale.
Depuis 1945, la politique américaine au Moyen-Orient peut néanmoins sembler contradictoire : pour ne citer qu’un exemple, les Etat-Unis ont tour à tour soutenu, puis combattu l’Irak.
Cette dissertation montre comment les Etats-Unis ont réussi à défendre leurs intérêts d’abord face à l’arabisme, puis face à l’islamisme.


Extrait du document:

Si trouver un soutien indéfectible de la part des Etats-Unis à une quelconque puissance régionale apparaît difficile, c’est que la politique américaine est liée à trois enjeux extraterritoriaux, souvent contradictoires. Les Etats-Unis comptent d’abord en premier lieu, sur les intérêts du camp américain face au bloc soviétique dans le cadre de la Guerre Froide. Cet enjeu conditionne de 1947 à 1991 les deux autres, à savoir la sécurisation de leur approvisionnement en hydrocarbures, essence de l’économie mondiale, qui apparaît comme un enjeu vital, la zone renfermant la majeure partie des réserves de la planète et enfin le soutien à Israël, surtout après 1967.
Dès le lendemain du second conflit mondial, alors que se prennent à Yalta (11 février 1945) les grandes décisions concernant l’avenir du monde, ces trois enjeux se dessinent.
Le 14 février 1945, F.D. Roosevelt rencontre sur l’U.S.S. Quincy, au large du canal de Suez, le roi d’Arabie saoudite, Abdelaziz ben Saoud.

Commentaires