La politique culturelle de la France depuis 1958 Dissertation by Nastassia

La politique culturelle de la France depuis 1958
Dissertation d'histoire sur l'évolution de l'intervention de l'État, en matière culturelle, durant la Vème République.
№ 445 | 830 mots | 0 sources | 2007
Publié le juin 14, 2007 in Histoire , Sciences Politiques
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Depuis plus d'un siècle, l'État intervient dans la culture. Cette étude retrace les avancées et les reculs des priorités gouvernementales en matière culturelle à travers les protagonistes de cette histoire (Malraux, Duhamel, Guy, Lang).

1. Période 1958-1974 : Essor de la politique culturelle
2. Période 1974-1993 : Pérennisation de cette politique
3. Période 1993-aujourd'hui : Période de stagnation



Extrait du document:

En 1958, André Malraux est nommé Ministre des Affaires Culturelles. Le décret de juillet 1959 affirme qu'il faut rendre accessibles les œuvres capitales de l'humanité. On parle de démocratisation de la culture, à la suite de Jean Zay. La toute récente notion de service public culturel est dotée de missions : il faut favoriser la création artistique, revaloriser le patrimoine et créer des maisons de la culture. Durant son mandat, Malraux aura vu se créer le Centre National du Cinéma, le Centre National des Arts du Cirque, la Cité Internationale des Arts. Il aura organisé les grandes expositions et l'insertion de la création contemporaine dans les vieux bâtiments, etc. En 1969, de Gaulle démissionne et Malraux s'en va avec lui.
En 1971, Jacques Duhamel est Ministre des Affaires Culturelles du gouvernement Pompidou. Il prolonge la politique de Malraux mais accorde plus d'importance aux jeunes et encourage davantage la création. Suite à une exposition controversée, on le dit trop laxiste ; il part en 1973. A son départ, il y a une grande remise en cause puis un rejet massif de tout ce qui a été réalisé jusque là : fon des aides à la création, liquidation des budgets, fermeture des maisons de la culture.

Commentaires