La politique extérieure de le France (1848-1914) Dissertation

La politique extérieure de le France (1848-1914)
Dissertation se demandant s'il est possible d'affirmer que la politique extérieure suivie par la France dans le monde entre 1848 et 1914 lui a permis de retrouver son prestige de grande puissance et d'affronter le conflit mondial approchant.
№ 20847 | 5,050 mots | 0 sources | 2009
Publié le nov. 03, 2010 in Histoire , Relations Internationales , Sciences Politiques
12,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

En France le XIXème siècle est caractérisé au niveau politique par une succession de régimes originaux. La France a connu plusieurs expériences différentes avant de pouvoir installer la IIIe République pour plus de soixante-dix ans. La révolution de 1848 ouvre une nouvelle page de l'histoire républicaine. Mais cette page est très courte, elle laisse la place à une expérience politique plus originale qu'il n'y paraît : le second empire, sous l'égide de Napoléon III. Régime à la fois autoritaire puis libéral, il tombe à la suite de la guerre de 1870 mal préparée contre la Prusse de Bismarck, puissance montante en Europe depuis Sadowa en 1866, bataille au cours de laquelle les prussiens l'emportent sur les autrichiens. La IIIe République est proclamée le 4 septembre 1870 au balcon de l'hôtel de ville de Paris.

I/ La route vers la IIIème République
II/ De l'isolement à la triple entente
III/ La France s'engage progressivement dans la guerre

Extrait du document:

Grâce à un réseau d'alliances retrouvé, la France parvient à s'imposer lors des crises marocaines. Guillaume II est furieux des accords conclus lors de l'entente cordiale sur le Maroc en 1904 avec la Grande Bretagne. Le 31 mars 1905, à Tanger, au Maroc, l'empereur Guillaume II traverse la ville à cheval, rencontre le sultan Abd al-Aziz, et fait à cette occasion un discours officiel et incendiaire où il parle d'un « Maroc libre qui sera ouvert à la concurrence pacifique de toutes les nations sans monopole, ni exclusion ». C'est le « coup de Tanger ».

Commentaires