La qualité de l'historien Dissertation by Maikattak

La qualité de l'historien
Dissertation qui répond à la problématique suivante : ne doit-on attendre de l’historien qu’un récit des faits tels qu’ils se sont passés ?
№ 7517 | 2,010 mots | 0 sources | 2008
Publié le juil. 29, 2008 in Histoire , Philosophie
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

«Thucydide est à mon gré le vrai modèle des historiens. Il rapporte les faits sans les juger, mais il n'omet aucune des circonstances propres à nous en faire juger nous-mêmes». Voici la conception de l’histoire de J.J. Rousseau qui prônerait une non-intervention de l’historien dans l’histoire qu’il raconte mais cependant qu’il nous mette à disposition tous les éléments qui nous permettent d’y intervenir nous-mêmes.
Cette étude s'interroge tout d'abord sur la qualité même de l’historien, sa capacité à mêler objectivité et subjectivité, mais aussi sur l’attente des individus des historiens, et finalement en synthèse, sur le contenu du récit par rapport aux attentes des individus, et à la qualité de l’historien.

Extrait du document:

Thucydide racontait donc l’histoire de l’histoire. Cette proposition paraît de prime abord dénuée de sens commun, et pourtant elle contient les deux façons dont notre langue définit l’histoire. En effet le vocabulaire ne fait aucun distinguo entre la science qui décrit le fait telle que la physique étudie la nature, ici, l’histoire étudie l’histoire. L’historien nous conte une histoire, décrivant les faits du passé. Le même mot s’applique à l’histoire que l’on raconte à l’enfant, une histoire présupposée fausse. On ne parle d’histoire que depuis 3500 avant J-C et l’invention de l’écriture en Babylonie. Avant cette date, le nom de préhistoire est évoqué. A la naissance de l’histoire s’est probablement associée la naissance de l’historien, avec toutes les attentes que nous lui apportons. Ne doit-on attendre de l’historien qu’un récit des faits tels qu’ils se sont passés ?

Commentaires