La question «qui suis-je ?» admet-elle une réponse exacte ? Dissertation by Guillaume B

La question «qui suis-je ?» admet-elle une réponse exacte ?
Dissertation de philosophie qui pose la question de savoir s'il est possible d'affirmer que nous nous connaissons parfaitement ou si certaines parties de nous-mêmes demeurent inaccessibles à notre pensée.
№ 8796 | 2,380 mots | 0 sources | 2006
Publié le nov. 14, 2008 in Philosophie
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'Homme, être pensant, s'est depuis toujours posé de nombreuses questions qui l'ont conduit vers des réflexions philosophiques sans cesse plus profondes et plus complexes. Armée de sa seule pensée, en quête de vérité et de sagesse, il est légitime qu'il s'interroge sur son être, cet être profond qui est, dans le même temps, son sujet et son instrument d'étude.
«Qui suis-je ?»
La réponse est à première vue évidente : nous sommes êtres de chair et de sang, des mammifères, vivant à l'instinct grégaire.
Cependant, cette réponse simpliste ne résiste pas à une réflexion à peine moins superficielle sur la condition humaine. «Qui suis-je ?». La question est fondamentale, la connaissance vraie de soi ouvrant les portes de la compréhension de l'univers. Sur un plan méthodologique, il importe de connaître les éventuelles interactions entre l'instrument et l'objet de l'étude.
Comment prétendre, en effet, à une connaissance de l'humanité, si le chercheur méconnaît ou occulte sa propre dimension ?
Cette étude propose dans un premier temps de vérifier si le sujet peut connaître sa nature en analysant sa conscience, ensuite elle montre que la société est source de connaissance de soi-même, enfin elle évalue en quoi besoins et désirs sont révélateurs de notre vraie personnalité.

Extrait du document:

Lorsque nous nous posons la question «qui suis-je», la première réponse qui nous vient à l'esprit est évidement «je suis un homme» (ou une femme). Mais la chose qui nous permet d'affirmer que nous sommes des hommes, qui nous permet même d'en avoir conscience est notre raison, car nous sommes êtres de pensée. C'est grâce à cette pensée que nous pouvons avoir conscience de notre nature. La raison nous permet de nous élever au-dessus de tous les autres êtres vivant sur terre car en temps qu'homme nous maitrisons le «Je», c'est-à-dire que nous avons conscience de nous-mêmes, conscience d'exister, en tant que tels. Descartes dira d'ailleurs «Je pense, donc je suis» : C'est notre raison qui nous fait exister. C'est par elle que nous pouvons savoir qui nous sommes et grâce à elle aussi que nous pouvons nous le demander.

Commentaires