La raison et le réel Dissertation by mama2006

La raison et le réel
Dissertation qui vise à comprendre pourquoi l'homme cherche à connaître.
№ 3871 | 1,660 mots | 0 sources | 2007
Publié le févr. 26, 2008 in Philosophie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La recherche de connaissance est recherche de confort, de satisfaction et de liberté. Mais dans tous les cas, elle semble être avant tout une recherche de bonheur, que celui-ci soit pour la vie sur terre ou pour «une autre».
Pourtant, cette connaissance paraît illusoire et elle semble être un moyen pour l’Homme de se cacher une vérité qui l’effraie, et de stimuler la vie.
Mais stimuler la vie, c’est une fois encore laisser à l’homme l’espérance d’être heureux.

I. La connaissance
1.1 Définition de la connaissance au sens premier du terme qui entraîne le bonheur
1.2 Les philosophes
1.3 La connaissance et le bonheur

II. La connaissance permet la liberté
2.1 La philosophie
2.2 Connaissance et liberté
2.3 La vertu
2.4 Question sur la religion

III. Bonheur et liberté de la connaissance, ne serait-il pas illusoire ?
3.1 La science permet à l’Homme de se rassurer
3.2 La recherche de la liberté permet à l’Homme de se rassurer
3.3 La connaissance cache à l’Homme la vérité qui l’effraie

Extrait du document:

La connaissance aurait donc pour but la liberté de l’Homme. Elle permettrait donc à l’Homme, de faire des choix raisonnés par son libre-arbitre tandis que les animaux sont esclaves de leurs passions. Or, si la connaissance permet à l’Homme de savoir quels choix sont justes, cela ne l’empêche pas de se demander s’il doit faire des choix raisonnables et vertueux ou s’il doit privilégier son plaisir et son bonheur, ce qui pour Kant est incompatible.
Pour effectuer ce choix en pleine connaissance de cause et donc librement, l’Homme doit donc d’abord répondre à la question «que puis-je espérer ?» et «Dieu existe-t-il ?».
En effet, s’il n'existe aucun dieu qui juge les Hommes à la vertu, la vertu n’a aucune raison d’être et semble être une idée créée par l’Homme.
Il n’y a alors pas de raison pour un Homme d’être vertueux en allant ainsi à l’encontre de son bonheur. De même, si l’âme n’est pas immortelle et si sa vie se limite à la vie sur terre, l’Homme n’a aucune raison d’espérer «bonheur qu’aurait mérité vertu ».
Au contraire, si l’âme est immortelle et s’il existe un dieu qui récompense la vertu par un bonheur infini, l’Homme privilégiera plutôt la vertu. C’est donc, une fois encore le bonheur, plus que la liberté, que l’Homme vise en cherchant à connaître, même si ce bonheur est relégué à des vies futures.

Commentaires