La Révolution russe était-elle inéluctable ? Dissertation

La Révolution russe était-elle inéluctable ?
Dissertation se demandant si les événements de 1917 en Russie auraient pu être évité.
№ 24246 | 3,480 mots | 0 sources | 2007
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Avant d'aborder la Révolution d'octobre, qui marque l'arrivée au pouvoir des bolcheviques, les interrogations peuvent se porter sur la Révolution russe, c'est-à-dire les événements de février, ou mars 1917, suivant les calendriers, qui aboutissent à la chute du Tsar avec la prise du Palais d'Hiver. Ce terme d'inéluctable, introduit dans le questionnement historique par Roy Medvedev, mérite d'être défini. Il avance l'idée que l'événement était déterminé, programmé et que le hasard n'avait que peu de place dans sa réalisation. Le titre du livre de Medvedev suggère que cet événement n'était pas aussi inéluctable que ses théoriciens le laissaient à penser. En effet, la Révolution russe a été éclipsée par la Révolution d'octobre. Celle-ci est considérée par les théoriciens marxistes comme un aboutissement logique, résultant à la fois de déterminismes, mais aussi d'un volontarisme politique.
La réflexion se portera d'abord sur les facteurs révolutionnaires présents en Russie, ou du moins sur les troubles structurels de la société russe, potentiellement révolutionnaires. Il faudra ensuite envisager les solutions apportées à ces problèmes, ainsi que leurs conséquences, pour enfin s'interroger sur la part de déterminisme historique et de volontarisme politique présents dans le déroulement de la Révolution.

Extrait du document:

Avec la fin de la censure, l'intelligentsia connaît une certaine prospérité. Les universités deviennent plus autonomes et se transforment en refuge pour les libéraux. Cependant, l'intelligentsia peine à élaborer une critique constructive du tsarisme. Les élites sont tiraillées entre mysticisme et prophétisme, alors que les attentats, les grèves et révoltes paysannes se multiplient. Richard Pipes souligne la responsabilité de ces mêmes élites, incapables de penser à nouveau le politique, si ce n'est à travers le faisceau de la raison et du fanatisme révolutionnaire.

Commentaires