La sagesse est-elle une méditation de la vie ? Dissertation

La sagesse est-elle une méditation de la vie ?
Dissertation se demandant si la sagesse est uniquement soucis de l'âme.
№ 26686 | 2,765 mots | 0 sources | 2010 | FR
Publié le oct. 25, 2011 in Philosophie
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Associer sagesse et méditation, ou plutôt comprendre la sagesse par la méditation peut aller de soi. En effet, on a souvent en tête l'image de l'homme qui s'exerce à la méditation spirituelle, considérée comme repli en soi, et de ce fait accède à la sagesse, ou plutôt à la vie tranquille, tel est par l'exemple le cas du moine bouddhiste. La conscience commune fait de lui un homme calme, qui se maitrise et qui n'est pas affecté par les aléas de la vie. C'est pour cela qu'on le dit souvent sage. La convocation de cette image permet de mettre en rapport sagesse et méditation mais aussi de comprendre la sagesse comme un bien-être, un état où l'homme n'est plus inquiété. Ce serait donc par l'efficace de la méditation que l'homme accéderait à la sagesse.
Il s'agira tout d'abord d'appréhender la méditation comme activité cognitive du monde ou de soi, activité qui permet au sage, celui qui sait, d'accéder au bien-être. Or si la méditation est connaissance, elle est avant tout purification, activité cathartique, propice au bien-vivre. Enfin il s'agira de remettre en cause le primat du souci de l'âme, la sagesse n'étant pas pure activité intellectuelle mais ancrée dans les circonstances particulières de la vie.

Extrait du document:

Être sage semble tout d'abord s'identifier à la connaissance. En effet, le sage est celui qui en connaît assez sur la vie pour s'y diriger avec succès. Le sage s'oppose alors à l'ignorant qui est rempli de fausses opinions. Or il faut ajouter à la compréhension de la sagesse l'élément du bien-être. Attacher une compréhension eudémonique à la sagesse nous semble être légitime en tant que celui qui dirige bien sa vie doit bénéficier d'un surcroît, ressentir les plaisirs. En effet d'où nous vient-il que nous ne sommes pas tout le temps heureux ? Que nous oscillons entre bonheur et tristesse ?
  • Exposé se demandant si le gisant de Clément VI est le vestige d'une procession projetée.
    № 29435 | 2,610 mots | 0 sources | 2013 | FR | détails
    8,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire d'un extrait de la cinquième méditation de l'ouvrage « Les méditations métaphysiques », de Descartes se demandant dans quelle mesure l'existence d'un Dieu non trompeur peut réellement assurer la véracité d'une science.(pdf)
    № 29527 | 3,270 mots | 0 sources | 2011 | FR | détails
    10,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire de la sixième méditation des "Méditations Métaphysiques" de Descartes, "L'âme et le corps", dans laquelle il cherche à fonder en raison la distinction entre l'âme et le corps. (pdf)
    № 24000 | 1,980 mots | 1 source | 2011 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires