La Vème République dans l'Histoire constitutionnelle française Dissertation by Symbole

La Vème République dans l'Histoire constitutionnelle française
Dissertation se demandant si la Vème République marque une véritable rupture avec l'histoire constitutionnelle française.
№ 29759 | 4,035 mots | 0 sources | 2013 | FR
Publié le mai 29, 2013 in Droit , Questions Européennes
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'article 5 de la Constitution française de la Vème République énonce expressément quel doit être le rôle du chef de l'Etat. Ce dernier doit en effet "veiller au respect de la Constitution" afin de s'assurer de la constitutionnalité des actes des deux autres organes (Gouvernement et Parlement).
Les termes tels que "il assure", "son arbitrage", " est le garant" traduisent clairement la qualité d'arbitre que les rédacteurs de la Constitution, représentants de la volonté du peuple, ont souhaité lui confier.
En 1958, la France a d'abord connu un régime parlementaire moniste monoreprésentatif. Parlementaire puisque le Gouvernement est responsable devant le Parlement, moniste car seul le Parlement peut renverser le Gouvernement, et enfin monoreprésentatif car seuls les députés sont élus directement par le peuple.

1. Le régime français, un régime original ?
2. Le déséquilibre institutionnel de la Vème République

Extrait du document:

Mitterrand au pouvoir en 1981 qui pourtant avait écrit Coup d'état permanant, ouvrage dans lequel il dénonce violemment les violations de la Constitution, n'a pas lui non plus respecté la Constitution.
Sarkozy quant à lui a longtemps été qualifié "d'omniprésident" du fait de sa présence dans tous les domaines. Hollande est dans sa pratique un peu plus en lien avec le texte, mais il reste quant même de grands écarts. Cependant, il a fait l'effort pour dire que c'est le premier ministre qui doit diriger la politique nationale.
En clair, chaque président, depuis le début de la Vème république réitère les violations de la constitution. En dehors des périodes de cohabitation, les présidents ont tellement su transformer subtilement leur pouvoir de surveillance en un véritable pouvoir de décision que le peuple français ne réagit pas.

Commentaires