La vie politique française de l'entre-deux-Guerres Dissertation by Mani

La vie politique française de l'entre-deux-Guerres
Dissertation qui dresse un bilan économique, social et politique de la France entre 1918 et 1939.
№ 5612 | 2,875 mots | 5 sources | 2006
Publié le mai 12, 2008 in Histoire , Sciences Politiques , Questions Sociales
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Au sortir de la guerre, la France est profondément meurtrie, le bilan matériel mais surtout humain est très lourd.
Pourtant paradoxalement, la France se croit alors à l’apogée de sa puissance ; un sentiment de sécurité règne, la France possède alors la première armée mondiale, elle est victorieuse et son territoire est restauré.
C’est la période des "années folles", les Français s’amusent pour faire passer le douloureux souvenir de la guerre.
Mais cette phase de bonheur n’est qu’illusoire : les crises financières s’enchaînent et les annuités allemandes ne suffisent pas à les endiguer, les troubles sociaux reprennent et s’accentuent avec l’arrivée de la crise de 1929.
Face à cette période difficile, des gouvernements différents vont se mettre en place et se succéder de plus en plus rapidement, c’est le début de la forte instabilité qui entâchera les républiques françaises jusqu’en 1958.

I. Les années 20 : l’échec du retour à l’Age d’or d'avant 1914

II. Les années 30 : un malaise pour les Français entre espoir et déception

III. L'évolution de la société française sur ces deux décennies et son impact sur le politique

Extrait du document:

Les lendemains de la guerre sont marqués par la reprise des activités politiques, l’union sacrée en vigueur pendant le conflit est rompu en 1917 par les socialistes, la période qui s ‘amorce alors va connaître un regain des tensions politiques. La France va se rendre compte de la situation financière critique qui est la sienne, les crises monétaires vont faire tomber les gouvernements jusqu’en 1926.
Les premières élections qui ont lieux après la guerre sont celles de 1919. Elles ont lieux peu de temps après la modification de la loi électorale qui instaure un système combinant représentation proportionnelle et principe majoritaire, ce système favorise les grandes coalitions, or la gauche se présente divisée aux élections, les radicaux étant restés fidèles à l’union sacrée, la SFIO l’ayant rompue. De plus la révolution en Russie est admirée de l’extrême gauche, les socialistes ne voulaient donc pas conclure d’alliance avec les « partis bourgeois ». Ainsi, alors qu’elle ne dispose que d’une courte majorité de voix, la coalition de droite, le bloc national, se voit attribuer une large majorité de sièges. Le bloc se veut l’héritier de l’union sacrée. Il répond au désir de retour à l’ordre et à la stabilité de la plupart des français marqués par la guerre, comme en témoigne le nombre important d’anciens combattants élus (chambre « bleu horizon), ainsi qu’à la peur du bolchevisme née à la suite de la révolution de Russie et symbolisée par la célèbre affiche représentant un homme hirsute couteau entre les dents.

Commentaires