Laïcité à la française, vers une laïcité positive ? Dissertation

Laïcité à la française, vers une laïcité positive ?
Dissertation se demandant si on doit interpréter la laïcité positive comme un ajustement nécessaire ou une révolution morale et juridique.
№ 29044 | 4,215 mots | 0 sources | 2012 | FR
Publié le nov. 14, 2012 in Droit , Philosophie , Administration
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'histoire des rapports entre la religion et l'Etat français se distingue par plusieurs périodes, où l'intégration de la religion dans les politiques publiques est plus ou moins forte ; elle n'a jamais été complètement effacée car l'idéal laïc n'a pas encore été atteint. Le gallicanisme a d'abord très fortement marqué l'histoire religieuse française, avec la tradition du pouvoir de vouloir conduire la religion catholique à la place du Pape. Les chefs d'Etat français se sont toujours voulus garant du pouvoir temporel de la religion, laissant aux instances religieuses la conduite de la spiritualité. Cette volonté a donc obligée l'Etat à mener une politique religieuse. (...)
Compte tenu de l'obligation juridique de neutralité de l'Etat et de sa tentation à l'intervention dans un débat de valeurs, doit-on interpréter la laïcité positive comme un ajustement nécessaire ou une révolution morale et juridique, donc bien plus tendancieuse ?

1. La laïcité à la française confrontée à de nouveaux enjeux
2. Les concepts de la laïcité positive : révolution ou ajustement ?

Extrait du document:

L'édifice sur lequel s'est bâti la laïcité découle principalement de l'article 10 de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen (liberté religieuse dans la limite du trouble causé à l'ordre public), de la loi de 1905 (séparation de l'Eglise et de l'Etat) et de la consécration constitutionnelle du principe de laïcité en 1946 puis en 1958. La République ne « reconnaît » plus aucun culte depuis la loi du 9 décembre 1905 (art. 2). Les cultes sont tous mis sur un même plan et la religion cesse d'être un fait public. Cette loi est à l'origine de nombreuses disparitions de l'implication de l'église dans le service public : disparition du ministère et du budget des cultes, suppression des traitements octroyés aux ministres des cultes, cessation de l'intervention de l'état dans l'organisation des cultes.

Commentaires